Print Friendly, PDF & Email

A vot’ bon cœur, m’sieurs, dames ! Le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie est endetté jusqu’au cou. Il a besoin d’argent. Et pas qu’un peu : 200.000 euros. Mais où est passé l’argent du contribuable ?

Dans une lettre adressée à ses 200 membres, Carlos Crespo (Monsieur Catherine Moureaux) agite la sébile. Il s’agit d’apurer les dettes – « actuelles et à venir », on croit rêver!

Extrait de la lettre aux membres : « De la sorte, nous pourrions apurer en une fois nos multiples dettes, revenir à une situation comptable saine, récupérer les pénalités payées à l’ONSS, gérer nos subsides de manière équilibrée et entamer un remboursement de nos dettes avec un montant plus raisonnable et vers un seul créancier ».

Qu’arriverait-il à une entreprise privée déclarant publiquement que sa comptabilité actuelle n’est pas saine, qu’elle est criblée de dettes (un déficit cumulé de 130.000 euros !) et qu’elle doit de l’argent à l’ONSS ? Direction tribunal et mise en faillite – peut-être frauduleuse, puisque la comptabilité n’est pas saine.

Mais pour le MRAX, rien de tout cela. Cette asbl continue à ramasser de l’argent public, au travers de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la COCOF, Actiris (on se demande ce qu’une agence de l’emploi bruxelloise vient faire dans le financement du MRAX…).

Petit rappel : le MRAX a appelé à dénoncer les « violences policières », ce 11 novembre, alors que les seules victimes étaient 23 policiers. Cela s’appelle un appel à la haine, et cela devrait être dénoncé par… le MRAX !

Depuis 2010, le MRAX est l’imposture la plus chère pour le contribuable

Le fromage de Carlos « Moureaux » Crespo donne de l’emploi à… 13 (treize !) personnes. Treize « équivalents temps plein », ce qui dans le langage des asbl signifie souvent « bricolage pour flatter les chiffres du chômage ».

Ce qui explique pourquoi les multiples subsides se trouvent engloutis dans le paiement des salaires et pas dans une activité quelconque. Payer les salaires ? Ce n’est même pas

assuré, selon Carlos Moureaux, dit Crespo, dans une interview à la RTBF : « Nous ne souhaitons plus devoir faire face aux situations d’urgence comme se demander comment on va payer les salaires des travailleurs ». Une vraie gestion à la PS, dont Crespo est membre !

Et justement, Carlos « Moureaux » Crespo réclame 200.000 euros de ses membres pour « redéployer les activités » du MRAX. Autre citation : « (…) se redéployer, c’est aussi trouver des fonds quand il s’agit de lancer des actions en justice dans des dossiers de racisme ». Contre les 23 policiers blessés par des enragés, peut-être ?

La question à 200.000 euros : où est passé l’argent du contribuable, naufragé dans le MRAX ? N’y a-t-il pas de contrôle régulier sur les dépenses de cette asbl, dont un précédent directeur, Radouane Bouhlal, avait une relation assez étrange avec la gestion de l’argent public.

Le Parti Populaire réclame depuis longtemps (l’affaire Bouhlal date de 2010) l’arrêt du versement de subsides publics au MRAX. Le dernier dérapage (l’appel à la haine contre la police) ne peut rester sans conséquence, après des scandales qui laisse supposer que ces messieurs-dames du MRAX se croient au-dessus des lois.

F. Molnar

Commentaires