Print Friendly

Le tsar Nicolas II et tous lеs mеmbrеs dе sа fаmillе, rеtеnus рrisonniers par les bolcheviks, sont sauvagement exécutés.

Anastasia Nikolaevna, Alexei Nikolaevich, Olga Nikolaevna, Maria Nikolaevna and Tatiana Nikolaevna in Darmstadt, Germany 1910
Anastasia Nikolaevna, Alexei Nikolaevich, Olga Nikolaevna, Maria Nikolaevna ET Tatiana Nikolaevna; Enfants martyrs de l’extrême gauche

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, dans la nuit, huit mois seulement après la Révolution d’Octobre, le tsar Nicolas II, sa femme et ses enfants (les 4 grandes-duchesses Maria, Olga, Tatania, Anastasia et le prince héritier Alexis) sont assassinés sans jugement dans la modeste villa ipatiev à Ekaterineburg. Le tsar aura régné sur la Russie de 1894 à 1917.

L’ancêtre déjà meurtrier du communisme.

Le bolchevisme n’est pas dissociable du communisme

La fraction bolchevique naît en 1903 d’une scission au sein du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (le parti des marxistes russes), en s’opposant à une autre fraction menchévique. Il devient définitivement un parti distinct à partir de 1912.

En 1917, le Parti bolchévik monta rapidement en puissance face aux modérés elle prit en main la révolution d’Octobre. Il devient alors le parti dirigeant la Russie soviétique, et devient le Parti communiste de Russie à partir de 1918.

La fin dramatique des Romanov symbolisa la fin de siècles d’histoire russe, de telle manière qu’elle peut être comparée à l’exécution de Charles 1er en Angleterre et Louis XVI en France.

Une leçon intemporelle  

La fin du tsarisme est et doit être une mise en garde qui traverse le temps. En effet, un régime politique qui refuse de se réformer profondément risque, à terme, l’éclatement et la mise en place d’une dictature idéaliste aux premiers abords, meurtrière ensuite. La Corée du Nord et le Vénézuela en sont des exemples actuels.

Les francophones de Belgique  veulent-ils réellement du communisme en 2019 ?

 

Bertrand ROCHETTE

Commentaires