Print Friendly, PDF & Email

12 enfants, 2 femmes, arrivé clandestinement en France, pas un seul jour de travail, fiché S (suspect de terrorisme) – comme ses 12 fils ! – : le père du tueur musulman de Strasbourg n’en reçoit pas moins 5.400 euros par mois à titre d’allocations familiales.

Les médias bien pensants espéraient nous attendrir avec l’habituel discours lénifiant : « pas d’amalgame« , « ce pauvre jeune homme est une victime de l’islamophobie« , « regardez comme ses parents sont exemplaires« , etc…

On observera la mine compatissante de la journaliste, avalant sans la moindre réticence les mensonges du père de Cherif Chekatt, revêtu d’un bonnet à l’effigie de Che Guevara..

Car il s’agit bien de mensonges. Abdelkrim Chekatt est répertorié comme islamiste dangereux par les services de police français. Ses 12 enfants nagent dans le même cloaque islamiste d’où sortent les tueurs, égorgeurs, qui se multiplient en Europe depuis quelques mois.

Que les journalistes bien-pensants laissent dire, sans la moindre réserve ni le plus infime commentaire, les énormités débitées par les parents Chekatt relève d’une volonté de désinformation. Car il s’avère que ce père « au-dessus de tout soupçon » est fiché comme extrémiste. On découvre qu’il est entré illégalement en France, est probablement polygame, n’a jamais travaillé et récolte néanmoins 5.400 euros d’allocations tous les mois – et ne cotise évidemment aux caisses de pension, à laquelle il aura droit, à 65 ans !.

Le simple citoyen, tant soit peu intelligent, sait que ce type de discours est enseigné aux parents de terroristes par des avocats et des experts en communication : « on savait pas« , « on lui a donné une éducation parfaite« , « il était obéissant, oui papa, oui maman« , etc. Et on passe sur le fait que la mère et les filles sont voilées comme de bonnes musulmanes intégristes…

Les médias ont accusé les services de police de ne pas avoir suivi correctement Cherif Chekatt, multirécidiviste, radicalisé (à la maison et en prison, où il avait suspendu un portrait de Ben Laden). Comme le faisait remarquer le juge antiterroriste, Marc Trevidic : « La radicalisation ne se passe pas sans un terreau familial favorable ».

Mais que les services de l’Etat entretiennent ce genre de personnage avec notre argent de contribuable (5.400 euros par mois) appartient au surréalisme le plus insensé.

Le récent attentat de Strasbourg n’est qu’un des drames projetés, planifiés par les mouvances musulmanes, importées en Europe. Les médias subsidiés oeuvrent à noyer la vérité est impardonnable et insultant à l’égard des victimes et de leurs proches.

Comme l’exige le PP depuis bien longtemps : les fichés S, dehors !

D.K.

Commentaires