Print Friendly, PDF & Email

Dans l’évidente volonté de faire ouvrir les porte-monnaie des âmes sensibles, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNCHR) a publié une list des « réfugiés » ayant traversé la Méditerranée depuis le mois de janvier 2018. Mal lui en a pris !

En effet, la liste est éloquente : 65 % des « réfugiés » viennent de pays qui ne sont pas en guerre (voir : https://fr-fr.facebook.com). On comprend pourquoi les charlatans des ONG « humanitaires » (telle S.O.S. Méditerranée, affrétant l‘Aquarius) conseillent à leurs passagers de jeter par-dessus bord papiers d’identité, passeports et tout indice pouvant les identifier.

Après enquêtes, les services européens ont pu établir le tableau suivant :

Country of origin Source Data date Population
Bangladesh   30 Jun 2017     8.6% 8,241
Côte d’Ivoire   30 Jun 2017     9.0% 8,635
Eritrea   30 Jun 2017     4.7% 4,536
Gambia   30 Jun 2017     6.0% 5,689
Guinea   30 Jun 2017     9.6% 9,193
Mali   30 Jun 2017     5.0% 4,825
Morocco   30 Jun 2017     4.9% 4,712
Nigeria   30 Jun 2017     14.8% 14,120
Senegal   30 Jun 2017     5.1% 4,834
Syrian Arab Rep. 28 Jul 2017     6.5% 6,182

 

On y retrouve le Bangladesh, le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, la Gambie, le Nigéria, la Guinée… qui ne sont pas des pays en guerre.

Or ces pays comptent pour 60.249 des 70.957 personnes considérées comme « réfugiées ». Cela fait 63 % du total.

En revanche, les Chrétiens du Moyen Orient et de Turquie, persécutés, massacrés et l’objet d’une forme de génocide n’éveillent pas l’attention des défenseurs des faux réfugiés de Méditerranée. Ces véritables persécutés ne font l’objet d’aucune mobilisation par Amnesty, l’UNCHR, les Ligues des droits de l’homme et autres officines de l’émotion dirigée. Allez comprendre.

Une évidence : les gouvernements européens nous mentent. Les organisations « humanitaires » nous mentent. Les fidèles de George Soros (le milliardaire américain) nous pensent. Les « réfugiés » sont des migrants économiques. Ces derniers peuvent être renvoyés ; les réfugiés pour cause de guerre peuvent rester en Europe de manière permanente et bénéficier de tous les avantages sociaux qui y sont dispensés. Un éclairage moins politiquement correct sur « le drame migratoire »… 

 

Commentaires