Print Friendly

Il y a quelques semaines, nous avions lancé une information que le PEUPLE et UBU-PAN (le journal satirique) avaient été les seuls à publier : l’ordinateur du frère de Salah Abdeslam, Mohammed n’avait pas été visité par le parquet. Mohammed travaillait au service étrangers de Molenbeek. Alors que l’ordinateur n’a toujours pas été saisi, le Monde vient de sortir une info donnant à penser qu’il y avait de curieuses relations au sein des services communaux.

Mohamed Abdeslam, frère des 2 terroristes interviewé à la RTBF, malgré ses condamnation pour activités d'infirmier détrousseur de cadavres et chef de bande. La police n'a pas encore consulté son ordinateur...
Mohamed Abdeslam, frère des 2 terroristes, interviewé avec sympathie à la RTBF, malgré ses condamnations pour activités d’infirmier détrousseur de cadavres et chef de bande. La police n’a pas encore consulté son ordinateur…

Molenbeek, une administration moureaueske

A Molenbeek, la quasi-totalité du personnel administratif a été engagée par Philippe Moureaux. Les citoyens (belges de souche) qui se rendent au sein de l’administration s’en étonnent souvent auprès du personnel : de très nombreux fonctionnaires sont allochtones. Maghrébins comprendront certains.

Depuis que Molenbeek est passé à “droite”, les choses n’ont guère changé. Si l’administration compte une nouvelle responsable du personnel, il se murmure que Françoise Schepmans imposerait parfois “des fonctionnaires” comme son illustre prédécesseur : des agents au passé parfois peu recommandable. La bourgmestre MR est loin de faire l’unanimité au sein de son personnel, engagé sous le mayorat précédent.

Il est vrai qu’en imposant une pointeuse à destination des employés, la Schep’ n’a pas fait dans la dentelle. Elle aurait quelque peu chahuté les mauvaises habitudes d’antan.

Françoise Schepmans n'a jamais mis la priorité sur la lutte contre les armes, le terrorisme et le radicalisme, alors que le Plan national de sécurité prévoyait d’agir prioritairement contre ces délits
Françoise Schepmans est mal-aimée du personnel de la commune, à Molenbeek

Alors que, jadis, Flupke Moureaux faisait la file d’attente comme tout le monde pour le renouvellement de sa carte d’identité ou l’obtention d’un document, elle fait venir les choses à elle, dans son bureau. Depuis son arrivée au mayorat, de nombreux fonctionnaires boycottent la fête du personnel autrefois très courue. Elle ne plaît pas mais ne fait rien pour inverser la tendance. “Elle ne daigne pas descendre dans les étages inférieurs”, s’en plaignait récemment une chef de service communal. Cerise sur le gâteau, la schroumpfette a fait appel à un belge d’origine turque pour sa communication. On sait les inimitiés qui existent entre les Marocains et les zélateurs d’Atatürk.

Les amis d’Abdeslam

Les médias nous apprennent que le frère de Salah “aurait monnayé au noir les consultations du fichier central de la commune” (7sur7 du 01 juillet 2016). Impressionnant comme fait d’actualité! On se doute, en effet, que le mayorat ne lui a pas envoyé une facture pour consultation illégale du registre national…

Salah AbdeslamToute information n’a pu être communiquée qu’illicitement. Mais surtout, on se demande bien ce que ses amis fonctionnaires auraient pu y trouver. S’il s’agit des informations locales du service étrangers (où il travaillait), il n’y a que des renseignements introduits par son service qui auraient pu être consultables : des informations liées à un changement d’adresse ou à une demande de carte, par exemple. Tout à fait inintéressant. S’il s’agit du registre national (RN), les informations n’auraient pas été plus intéressantes.

Les seuls à avoir des sources exploitables restent les services de police. C’est donc bien là qu’il faut aller chercher la raison des consultations « en noir »… De nombreux policiers molenbeekois étaient amis de Mohamed Abdeslam. “Ce dernier était même très populaire”, d’après des sources internes récurrentes. On lui aurait clairement donné Allah sans confession, c’est d’ailleurs ce qu’ont fait en chœur la RTBF et RTL en invitant ce détrousseur de cadavres accidentés en studio, pour expliquer combien sa famille est charmante.

Après de nombreuses années passées dans les services communaux, le frère du terroriste présumé s’est forgé un beau réseau de contacts. A Molenbeek, les services de police sont au bout du couloir qu’il occupait. La cour centrale accueille les fumeurs de l’ensemble du personnel. Une fois rentrés chez eux, des relations continuent en cercles plus privés. Les liens sont donc bien à trouver au sein des services de police. Services, qui depuis le début des évènements du Bataclan, de Maelbeek et Zaventem, connaissent des fuites qui perturbent gravement les enquêtes en cours.

Ajoutons une information non encore parue ailleurs. Depuis le jeudi 7 juin à 19 heures, le registre national est non consultable pour Bruxelles : en panne! Ce vendredi, les fonctionnaires communaux qui doivent avoir accès au Registre pour tous les dossiers se sont donc tourné les pouces!

Comme nous avions pu le faire savoir en primeur sur la page du Peuple, le PC d’Abdeslam prend donc toujours la poussière au service Etrangers de la commune de Molenbeek. Les bisounours du parquet n’ont pas encore cru bon d’aller y chercher quelques traces exploitables.

Ce constat met à mal le professionnalisme des services de police. Certains fonctionnaires écoeurés s’en plaignent mais le ver semble être dans le fruit. Le plus souvent pour de l’argent mais aussi pour la gloriole, des policiers relayent des informations qui nuisent à l’enquête de police. Parfois même, elles servent à des réseaux djihadistes!

Alors que la chose était courue d’avance, il est étonnant que Jan Jambon n’ait pas cru bon de mettre en place des mécanismes qui permettent de remonter jusqu’à la source. Mohamed Abdeslam ne semble pas être le seul coupable. L’enquête n’est pas terminée…

Pierre-Henri MAYEUR

Commentaires