Print Friendly, PDF & Email

On peut être d’accord ou pas d’accord avec le mouvement indépendantiste catalan. On peut estimer que le gouvernement espagnol avait raison – ou pas – dans sa politique rigide pour défendre la constitution du royaume ibérique. Si l’on n’est pas Catalan ou Espagnol, la sagesse consiste à ne pas se mêler de cette affaire… très espagnole et très catalane ! Il n’en reste pas moins qu’il n’est pas possible d’accepter que des parlementaires, élus démocratiquement, soient emprisonnés. Cela se passe dans un des 28 pays de l’Union Européenne. Et la Commission Européenne, par la voix de son président Jean-Claude Juncker, approuve.

Imaginez le tollé si un parlementaire russe était emprisonné par Vladimir Poutine. Là, ce serait à peine si Juncker, entre deux hoquets, n’exigerait pas la mobilisation générale des troupes européennes.

Mais quand il s’agit d’indépendantistes eurosceptiques, tout est permis. Y compris liquider la démocratie. Cela indique combien les grands discours que la « défense de la démocratie » ne sont que des vociférations hypocrites. Dès que les peuples veulent s’exprimer, la mafia des eurocrates (et des partis traditionnels dans leurs pays respectifs) réduit la démocratie à un torchon sur lequel ils s’essuient les pieds.

10 prisonniers politiques catalans

Encore une fois, il ne s’agit pas de prendre parti pour ou contre les indépendantistes catalans. Il n’empêche que 10 parlementaires, élus selon des règles parfaitement démocratiques, croupissent en prison. Et cela est inacceptable.

C’est d’autant plus inacceptable que, chez nous, les plus grands fraudeurs, les voleurs d’argent public, les corrompus circulent en toute liberté, protégés par leur immunité parlementaire !

Le seul crime des 10 parlementaires catalans est de déplaire à la mafia qui sert ses intérêts plutôt que ceux des peuples qui composent l’Europe.

Ce 7 décembre, des milliers de Catalans indépendantistes sont attendus à Bruxelles. Ils viendront protester contre la dictature de la Commission Européenne et le déni de démocratie en Espagne.

Soutien aux victimes de la mafia eurocrate

D’ici là, il vous est loisible d’écrire un mot d’encouragement aux 10 prisonniers politiques, simplement pour leur apporter un soutien moral.

Vous pouvez adresser vos messages :

-Centro Penitenciario
Madrid V
Ctra. M-609 km 3,5
E-28791 Soto de Real, Madrid
Où sont incarcérés : Jordi Cuixart i Navarro et Jordi Sanchez Picanyol

-Centro Penitenciario
Madrid VII
Ctra M-241, km 5,750
E-28.595 Estremera, Madrid
Où sont incarcérés : Jordi Turull i Negre, Josep Rull i Andreu, Carles mundo Blanch, Joaquim Forn Chiariello, Raül Romeva i Rueda et Oriol Junqueras i Vies.

-Centro Penitenciario
MadridI, mujeres
Ctra. Alacala-Meco, km 4,5
E-28803 Alacala de Henares, Madrid
Où sont incarcérées : Dolors Bassa Coll et Meritxell Borras Solé.

Voici un texte type à leur envoyer « Us desitgem força i valentia per a l’Any Nou. Els millors desitjos per al 2018 ! ». Traduction : Nous vous souhaitons beaucoup de force et de courage pour l’année nouvelle. Meilleurs vœux pour 2018 !

La forfaiture, qui frappe ces 10 parlementaires démocratiquement élus, peut frapper tout eurosceptique, à tout moment. C’est ça, l’Europe de Juncker et de George Soros ! Celle qui pompe notre argent et nous prépare la guerre.

Alain De Kuyssche

Commentaires