Print Friendly, PDF & Email

Après l’attentat de Nice, celui de Berlin voilà qu’un Palestinien a précipité son ca­mion sur un groupe de soldats israéliens dimanche sur une promenade populaire de Jérusalem, faisant quatre morts et une quinzaine de blessés avant d’être abattu.

La police a identifié le chauffeur du poids lourd comme un Palestinien originaire de Jérusalem­-Est, annexée par Israël. L’attaque visait un groupe d’élèves officiers de l’armée qui descendaient d’un car sur la promenade Armon Hanatziv, qui offre une vue pano­ ramique sur la Vieille Ville.

“C’était un partisan de l’Etat islamique.”, a déclaré le Premier ministre is­raélien Benjamin Netanyahu, en liant le modus operandi de cet attentat, à celui utilisé par les deux terroristes de Berlin et Nice. La police a précisé que les quatre jeunes élèves officiers tués, trois femmes et un homme, avaient tous les trois une vingtaine d’années.

En tant qu’habitant palestinien de Jé­rusalem-­Est, qu’Israël considère comme une partie de sa capitale, le chauffeur pouvait posséder une carte d’identité israé­lienne lui permettant de circuler dans toute la ville.

Une vague d’attaques palestiniennes isolées, y compris à l’aide de véhicules béliers, a débuté en octobre 2015 en Is­raël, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Elle a coûté la vie à 37 Israéliens et deux Américains attaqués surtout à l’arme blanche, ainsi qu’à 157 assaillants palestiniens. L’at­taque de Jérusalem a été saluée par le Hamas, groupe islamiste qui contrôle la bande de Gaza. (D’après Reuters)

C.T.

Commentaires