Print Friendly, PDF & Email

Le PARTI POPULAIRE progresse à pas de géant. Boycotté par les médias, maltraité par des sondages douteux, il s’installe dans la population. Ses idées, ses objectifs, son sérieux et sa détermination convainquent les citoyens de Wallonie et de Bruxelles. Aux prochaines élections communales, le PARTI POPULAIRE déposera près d’une centaine de listes. Avec des gens de qualité, comme le démontre un nouveau venu. 

Adrien Bajoux, 20 ans, étudiant en droit (ULg), aime son pays, pour lequel il a de l’ambition. C’est dans cet état d’esprit qu’il s’était engagé au sein de la section mosane des Jeunes MR, dont il est devenu président et qu’il a redynamisée.

Adrien veut faire de la politique, et pas n’importe quelle politique : une politique de droite, qui s’assume. Mais le MR avait d’autres priorités : dans la commune de Wanze (13 643 habitants), les libéraux gouvernent avec les socialistes. Pas question, donc, de critiquer la politique locale. Les Jeunes MR sont là pour faire de la figuration, pas des propositions.

Adrien Bajoux ne veut pas faire de la figuration mais agir, pour améliorer la situation dans son pays, en commençant par sa localité. Il a donc quitté la présidence des Jeunes MR (Vallée Mosane) pour se présenter à Wanze sur la liste PP menée par Lolita Mereu.

Avec le Parti Populaire, Adrien estime avoir rejoint un parti qui ne trahira pas ses électeurs, contrairement au MR qui fait campagne au centre-droit puis applique des mesures de gauche, une fois au pouvoir.

L’arrivée d’Adrien Bajoux a été officialisée, ce vendredi 20 avril, par Mischaël Modrikamen, Président du Parti Populaire, et par l’équipe de choc en région liégeoise, Aldo Carcaci, député fédéral, et André Antoine (notre photo).

Nul doute que la fraîcheur, le franc-parler et le bon sens de ce jeune candidat feront mouche, à Wanze et au-delà.

N.T.

Commentaires