Print Friendly, PDF & Email

Il y a quelques années, il ne se passait pas un mois sans que dans quelque ville de province un ou plusieurs imbéciles désœuvrés ne viennent déposer de nuit une tête de porc sanguinolente sur le parvis d’une mosquée. Un acte résultant au mieux d’une nuit trop arrosée, au pire d’une islamophobie crasse, et qui à chaque fois appelait à raison une condamnation équivoque et unanime de la classe politique et médiatique.

On comprend bien entendu que le respect de la religion soit une valeur essentielle de notre démocratie. On comprend mal par contre pourquoi ces insultes suscitent soudainement un concert de louanges lorsqu’elles visent la culture de notre pays, et en particulier la religion catholique.

Ainsi la pièce « Agneau de Dieu », jouée depuis une semaine pour l’ouverture du NT theater de Gand, n’a ni plus ni moins que relégué les profanations à la tête de porc au rang de ridicule plaisanterie. Jugez-en : A partir de la figure de l’agneau mystique décapité (c’est-à-dire l’allégorie du sacrifice du Christ, pour les Chrétiens), le metteur en scène Milo Rau réalise une « actualisation » du célèbre tableau des frères Van Eyck en transposant chacun des personnages du tableau par des acteurs censés représenter leur équivalent au XXIème siècle.

Le hic, c’est que les actualisations sont plus que douteuses. Ainsi, l’auteur a longtemps recherché pour remplacer les Croisés du tableau original (partis défendre les pèlerins de Palestine) par des combattants syriens repentis. Une entrée en matière rapidement éclipsée par la représentation d’Adam et Eve, joués par un couple de gantois nus comme des vers (comme la peinture originale), prenant visiblement très au sérieux leur mission de géniteurs de l’humanité puisqu’ils se mettent rapidement « au travail » sur scène, mimant leur performance sexuelle… sous les yeux d’une demi-douzaine de jeunes enfants. Quant au personnage incarnant ni plus ni moins que Dieu le Père, le voilà qui vient nous expliquer sa jeunesse, et comment son propre père décida de s’enrôler pendant la guerre… parmi les SS.

Cerise sur la gâteau, la transposition de la vierge Marie, pour laquelle on a choisi… la mère d’un combattant djihadiste tué en Syrie. En effet, souligne le réalisateur, toutes deux ont perdu un fils mort pour sa foi. On ne peut reprocher à une mère de protéger et continuer à aimer son enfant quoi qu’il lui en coûte (après tout, c’est à ça que servent les mamans), mais il n’empêche… Les deux milliards de personnes dans le monde pour qui le Christ est Dieu apprécieront de voir le sacrifice de Jésus innocent amalgamé à la mort d’un sordide assassin parti en Syrie. Peut-être d’ailleurs y a-t-il tué entre autres… des Chrétiens d’orient. Il semblerait que dans ce monde, toutes les victimes ne sont pas égales !

Ne s’arrêtant pas de si bon chemin, le NT theater se mit en tête d’organiser une procession de pénitents autour de la cathédrale de Gand, trimbalant comme une précieuse relique un tonneau contenant… des ovules et du sperme congelés, dont celui du metteur en scène. Un tentative pour une fois ratée de repousser un peu plus loin les frontières de la provocation, qui emporte surtout la palme du ridicule.

Bien sûr, vous m’objecterez que la situation de cette pièce n’est pas comparable aux profanations à la tête de porc. Et vous avez raison, ce n’est pas du tout la même chose. Tout d’abord, les musulmans sont insultés en général par une bande de petits crétins avinés et inconscients, là où les Chrétiens le sont par une élite intellectuelle et artistique parfaitement consciente de ce qu’elle fait.

Les têtes de porc sanguinolentes sont déposées en pleine nuit en un exemplaire unique et bien vite enlevé, tandis que la décapitation de l’agneau n’est quant à elle qu’affichée… au grand jour sur une centaine d’affiches (12 m²) aux quatre coins de la ville de Gand et dans toute la presse du pays. La tête de porc est une « menace pour notre démocratie », mais l’agneau mystique revisité est un « chef d’oeuvre artistique ».

Le décapiteur de porc sera sévèrement puni s’il est attrapé un jour ; les exhibitionnistes gantois sont quant à eux encensés, voire seront primés au vu et au su de tout le monde. L’islamophobe au moins a financé lui-même sa bêtise, tandis que le NT Theater a pour sa part été largement soutenu par les pouvoirs publics (c’est à dire 2.620.000 € de votre argent, du mien… et de celui des Chrétiens insultés) pour pondre ces inepties.

Enfin, et sans excuser son acte, on peut sans grand risque affirmer que le porc islamophobe a couru, de la part de ses victimes, un risque  de représailles autrement plus important que l’agneau christianophobe, qui franchement ne court pas de grands dangers de la part des dociles disciples de Jésus. Cela en devient presque drôle, quand on apprend que Milo Rau a renoncé à son projet initial d’exécuter un agneau sur scène pour finalement le tondre, de peur d’aller trop loin. Il s’est donc contenté d’insulter le catho et de monter un porno pour enfant sur scène, tout en évitant sagement d’offusquer les militants de la cause animale. On frémit devant tant d’audace et de politiquement incorrect !

Ce qui ne manque pas de piquant, c’est d’observer à quel point des observateurs d’ordinaire prompts à dénoncer toute profanation visant d’autres religions, s’extasient en choeur devant cette production.

Ainsi, l’inénarrable Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, se félicite d’un agneau « tendre et saignant ». Guy Duplat de La Libre décrit un « formidable agneau mystique » et une scène d’exhibition ou Adam et Eve « tendrement enlacés, se caressent longuement sous les yeux du chœur des enfants assis juste devant eux. Scène étonnante mais d’une tendresse finalement très pudique. » Ou comment élever l’oxymore au niveau de discipline olympique. Le Standaard lui emboîte le pas en parlant d’un Classique instantané, et anticipe la critique en affirmant péremptoirement « Qui pense qu’il s’agit de porno, ne sait pas de quoi il parle ». Ne vous avisez donc pas de penser qu’à l’époque de #metoo, d’éducation des enfants à la responsabilité sexuelle et de scandales de pédophilies, il n’est pas indiqué de s’exhiber à poil sur scène en mimant un acte sexuel devant des jeunes enfants. Vous ne feriez que prouver que, visiblement, vous n’avez rien compris… tout cela est de l’art, bien entendu !

Enfin… c’est surtout une nouvelle preuve que l’art contemporain de nos jours tient plus d’une escroquerie intellectuelle aux frais du contribuable que d’une réelle recherche du beau et du vrai. Il se complaît dans la haine de notre culture (dénaturer un des plus beaux tableaux du monde), de notre propre identité (au moins en partie chrétienne), autant que dans la complaisance coupable avec ce qui n’en mérite aucune, en l’occurence le djihadisme islamique.

L’art façonne la société, on peut donc se demander quelle est la société que veulent les réalisateurs de « L’Agneau mystique » et de cette autodestruction culturelle. Détruire notre civilisation ? La livrer à une autre beaucoup moins tolérante ? Exposer à la face du monde sa propre vacuité ? Une chose est sûre : si nous voulons redonner à nos citoyens la fierté de leur culture européenne, et aux « nouveaux Belges » l’envie d’adhérer à cette culture, il serait grand temps d’arrêter de gaspiller l’argent public à de telles sottises pour le consacrer à ce qui en vaut vraiment la peine. Restaurer notre patrimoine, par exemple. Ou subventionner quelque chose de plus évolué et plus beau qu’un cube en bois ou un étron géant. Ca nous changerait !

Pierre Lenoir

PS : Si comme moi vous aimeriez marquer votre opposition à ces obscénités, un collectif de parents néerlandophones indignés propose de signer une pétition ici.

 

 

Commentaires