Print Friendly, PDF & Email

Un des devoirs d’un journaliste digne de ce nom est le contrôle de ses sources. Il se doit de diffuser des informations reliées à des faits vérifiés en évitant toute omission pouvant induire le lecteur en erreur. La relation simultanée d’un même « fait divers » par un quotidien belge, une agence de presse et un quotidien français laisse à penser que ces devoirs ne sont pas compris de la même façon par tous les médias.

"Je leur ai dit que j'étais juif": agression anti-sémite à Marseille
« Je leur ai dit que j’étais juif »: agression anti-sémite à Marseille

Il s’agit, en l’occurrence, de la publication des circonstances d’une agression antisémitique qui s’est produite à Marseille ce 11 janvier. Un enseignant juif a été agressé par un adolescent de 15 ans, de nationalité turque et d’origine kurde à coups de machette. L’agresseur a revendiqué son geste criminel au nom d’Allah et de l’Etat islamique lors de son arrestation. Il s’agissait pour lui et selon ses déclarations reprises par le procureur de la République française, Brixe Rolin, d’une « agression à caractère antisémite avec une forme de préméditation ».

Une enquête du parquet de Marseille est ouverte au motif de tentative d’assassinat (préméditation retenue) avec pour circonstances aggravantes, un motif religieux (antisémite) et apologie du terrorisme. Selon les témoignages, l’agresseur était, certes, « excité mais serait en possession de toutes ses facultés mentales.
Clair, net, précis, vérifié.

Ajoutons que la communauté juive est maintenant divisée surf le port de la kippa en rue. Beaucoup recommandent de ne plus le faire, pour éviter les agressions des barbares qui « tiennent le haut du pavé » dans nos pays désormais.

C’est l’information publiée par le journal français Le Point : http://www.lepoint.fr/faits-divers/marseille-un-mineur-desequilibre-attaque-un-juif-avec-une-machette-11-01-2016-2008769_2627.php

Tout autre chose est publié sur le site de La Libre http://www.lalibre.be/actu/international/france-un-jeune-desequilibre-blesse-legerement-un-juif-avec-une-machette-56937d1f3570b38a58137b2b. Il s’agit certes, d’un copié-collé d’une dépêche de l’Agence France Presse. Ceci n’excuse pas ce qui suit.

Le titre d’abord : « France : un jeune déséquilibré blesse légèrement un juif avec une machette ». L’affaire est entendue dès la première ligne : Circulez, il n’y a rien à voir car il s’agit de l’acte d’un fou. Le reste du récit est à l’avenant. Point de mention de sa nationalité, de ses revendications (au nom d’Allah et de l’EI), des communiqués du Procureur de la République, des réactions de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve.

NDLR : nous nous apercevons ce lundi soir que depuis la publication de notre article, le journal La Libre a redirigé son article biaisé vers un nouvel article plus correct. C’est à croire que les rédacteurs de la Libre lisent Le Peuple !

Remarquez que La Libre n’a pas toujours eu cette honnêteté : par exemple, malgré notre article « Le héros des médias aurait provoqué la mort de ses enfants » et le courriel que nous avions envoyé à sa rédaction, La Libre avait maintenu son article mensonger au sujet du père du petit Aylan

Ceci vient après les révélations de la presse allemande sur la rétention d’informations relatives à l’origine et au statut des agresseurs sexuels de Cologne, l’absence de réaction de la télévision publique allemande ZDF qui a « oublié » de traiter le sujet, sur les déclarations de responsables suédois reconnaissant avoir caché à la presse l’arrestation d’une centaine de réfugiés ayant commis des agressions lors d’un festival de musique, la semaine qu’il a fallu à nos médias pour « admettre » in fine que ces agressions étaient dues à des personnes en majorité immigrées et demandeuses d’asile.

 La censure et l’autocensure ne sont pas compatibles avec un Etat de droit. Si même la presse (subventionnée) édulcore la réalité des faits – laissons cela aux politiques – et se met à travestir la dure réalité des événements en fonction d’une certaine idéologie dominante, le citoyen est en droit de se poser quelques questions.

C’est le cas pour La Libre qui s’acharne depuis des semaines à expliquer qu’il n’y a rien à voir. Son interview d’un ministre hongrois sur la question des migrants, décortiquée et suivie de considérations FAUX (surtout) et VRAI (quelques fois) assénée par le « journaliste » de La Libre fait partie de ce qui ne devrait pas figurer dans un journal digne de ce nom. 

Après quelques heures, La Libre a placé un article qui corrigeait le tir, mais l’ancien lien renvoie également vers ce nouvel article. A croire que les rédacteurs de La Libre lisent Le Peuple.

P.H

Commentaires