Print Friendly, PDF & Email

Les chiffres datent de 2016, mais ils indiquent bien une tendance sur plusieurs années : l’aide médicale aux illégaux a progressé de 23 % depuis 2011. Pendant ce temps, les remboursements de médicaments et de prestations médicales pour les personnes en règle avec la loi n’ont cessé de diminuer…

Quand Le Peuple avance des chiffres, il les vérifie avant de les publier. Ceux-ci proviennent du Service Public Fédéral Intégration Sociale. En 2011, 17.380 illégaux ont bénéficié d’une aide médicale urgente. Cela montait, en 2014, à 19.754. Pour 2016, une augmentation de 8,9 %, soit 21.530 illégaux, dont la moitié sont présents en région bruxelloise.

Tout citoyen ne doit abandonner ceux qui souffrent, et les membres du PARTI POPULAIRE sont les premiers à voler au secours des démunis (cela s’est encore passé à Bruxelles, pendant la nuit de la Saint-Sylvestre), mais priorité à ceux qui se trouvent en situation régulière, paient des impôts en Belgique et contribuent à la richesse du pays.

Cette générosité en notre nom a un coût plutôt salé. En 2011, on parlait de 36,6 millions d’euros. Cinq ans plus tard, la facture a bondi à 57,4 millions d’euros – une augmentation de 56 % ! Et encore faut-il modérer, car cette somme est basée sur le coût moyen d’une aide médicale urgente : 2.666 euros par illégal. Officiellement, ces frais sont pris en charge par « le trésor public ».En d’autres termes et en français correct, cela s’appelle l’argent du contribuable et des cotisants à la Sécurité sociale. Ou dit encore plus directement : nous, les pigeons.

21.530 ILLéGAUX COÛTENT 57,4 MILLIONS D’EUROS AU CONTRIBUABLE BELGE, RIEN QU’EN FRAIS DE SANTé !

Autre chiffre intéressant, publié par le KCE (Centre fédéral d’expertise des soins de santé) : ces 21.530 illégaux ne représenterait que 10 à 20 % de la totalité des personnes en situation irrégulière chez nous. Mettons que ce serait 15 %, cela signifie que 143.546 personnes se trouvent en séjour illégal en Belgique – 143.546 individus qui, un jour ou l’autre, émargeront à un budget belge : CPAS, aide médicale urgente, opérations de police, hébergement, restauration, prise en charge des enfants, etc. Et nous ne prenons pas en compte les subsides alloués aux associations dont la défense des illégaux est le fonds de commerce…

Il n’est donc pas exagéré de dire, comme le fait le PARTI POPULAIRE, qu’ rejoindre Parti Populairel’immigration coûte 10 milliards d’euros, tous les ans, au contribuable belge. Un contribuable qui paie des impôts aussi élevés qu’au Danemark, pour recueillir des services publics comparables à ceux du Zimbabwe !

Il est donc grand temps de faire stopper les immigrations sauvages, qui ne font pas progresser la richesse du pays et, au contraire, contribuent à son inexorable appauvrissement.

A.D.

Commentaires