Print Friendly, PDF & Email

Inutile de revenir sur les événements terroristes de Verviers, à l’occasion d’une conférence de Theo Francken – annulée en raison des troubles orchestrés par la bourgmestre Targnion et ses copains gauchofascistes du PS, de la FGTB, d’Ecolo, de la CSC, etc).

Le député Aldo Carcaci (PP) aura donc été le seul à défendre au Parlement fédéral l’honneur de la démocratie, bafoué par les bobos gauchistes et leurs relais dans les médias.

En effet, tandis que parlait M. Carcaci, la RTBF, RTL et Le Soir recueillaient pieusement les mensonges de la bourgmestre Targnion.

Elle tente de se faire passer pour une victime : « on » lui aurait adressé un doigt d’honneur pendant les émeutes qu’elle cautionnait. Crime de lèse-majesté tellement plus grave que les lancers de chaises sur des personnes, des coups assenés à Bruno Berrendorf, un des deux élus PP au conseil communal de Verviers.

Et « on » adresse à la malheureuse des mails inévitablement « haineux », qu’elle dit de ne pas comprendre, alors qu’ils résultent du climat de haine qu’elle a elle-même provoqué. Vieille tactique socialiste : dans moins d’un mois, elle se fera passer pour la seule victime du mouvement séditieux de ses amis gauchofascistes !


Elio Di Rupo (absent au Parlement, lorsque M. Carcaci prenait la défense de la liberté de parole démocrate) justifie les agressions de ses amis fascistes par cette formule nauséabonde : « Il est normâââl de manifester quand Theo Francken va quelque part« . En une phrase, le sénile président du PS a enterré la liberté de parole – sur les ondes de la RTBF, on s’en doutait (à regarder à partir de la 10ème minute dans la vidéo ci-dessus).

Plus personne ne s’étonnera que les « représentants du peuple » ne se soucient guère de la démocratie et de la liberté de parole – il suffit de considérer l’apathie de Catherine Fonck (CDH) dans la vidéo en tête du présent article…

Il apparaît de plus en plus clairement que le PP reste un des derniers à défendre la vraie démocratie en Wallonie et à Bruxelles. Merci à Aldo Carcaci de l’avoir rappelé.

F.M.

Commentaires