Print Friendly

Entendons-nous : il ne s’agit pas de mettre en cause le principe des allocations familiales. Mais à un an des élections communales, les partis traditionnels (PS, MR, Ecolo, DéFI) mettent la pression pour imposer de nouvelles dispositions. À Bruxelles, on court à la catastrophe pour des raisons purement électoralistes.

La Flandre et la Wallonie ont adopté un nouveau modèle d’allocations familiales, qui entrera en vigueur dès 2019. Le montant de base serait porté de 145 à 190 euros, selon la situation familiale. Cela concernera les enfants nés à partir de 2019.

À Bruxelles, le PS veut faire mieux : le nouveau modèle doit profiter à tous les enfants, quel que soit leur âge. Quand on sait que près de 70 % des enfants bruxellois sont d’origine étrangère, on a tout de suite compris où le PS va chercher ses voix.

Mais il n’est pas seul : MR, DéFI et les partis flamand OpenVLD, CD&V et SP.a se disent prêts à signer avec une touchante unanimité. Ecolo/Groen se tâte, le CDH rechigne. Qu’à cela ne tienne, on se passera de l’avis des 8 députés humanistes et des 8 Ecolos ! Et tant pis pour la cohérence de la majorité au gouvernement bruxellois.

L’opposition du CDH repose sur un problème majeur : accorder le nouveau modèle d’allocations à tous les enfants est tout simplement ruineux. Ce que conteste le PS, habitué à vider les caisses et à dépenser follement l’argent du contribuable.

Et comme la nouvelle donne sera moins avantageuse en Flandre et en Wallonie, cela risque d’attirer à Bruxelles de plus en plus de familles, notamment sans emploi. Ce qui ne pourrait que désavantager la classe moyenne bruxelloise et le marché du travail.

Il reste évident que la manoeuvre du PS n’est dictée que par des visées électoralistes. Imaginons qu’il fasse voter sa proposition (avec le soutien de l’opposition, contre celui de la majorité au gouvernement régional), les dispositions n’entreront en vigueur qu’en 2019, année électorale. Après, il sera toujours temps de s’apercevoir que les caisses sont vides et qu’il faut raboter les allocations familiales de la classe moyenne, celle qui travaille et paie l’impôt.

C’est formidable, la politique belge !

N.B.

Commentaires