Print Friendly, PDF & Email

André Antoine (CDH) est un grand inquiet. Il reste en admiration devant la fécondité des femmes issues de l’immigration : 2,28 enfants par femme. Il y a voit la seule manière de sauver la Wallonie. Ben Laden, à la place de Tchantchès ; Saladin , plutôt que Godefroy de Bouillon ; à Bang et Olufsen, on préfèrera Boumédienne… Quel scorpion du Sahara a-t-il pîqué le président du parlement wallon ?

La population wallonne vieillit ? Les Wallonnes font moins de bébés ? Qu’importe, Maman Wallonie va en importer. Tout cela, au nom de la sauvegarde de notre sécurité sociale – rengaine habituelle.

Comme les voyages forment la vieillesse, André Antoine est parti, en « voyage d’étude » au Canada. Et la seule idée qu’il en a ramenée, grâce à l’argent du contribuable stérile belge, c’est : « L’immigration y est économique, familiale et humanitaire« . On pouvait tout aussi bien constater ça à Dampremy ou Maboge, qui manquent de caribous et de sirop d’érable, mais présentent des caractéristiques plus en adéquation avec la réalité belge.

Question de faire taire les grincheux qui ne voient pas dans l’immigration à la belge une éclatante réussite, André Antoine (surnommé autrefois « Bébé Antoine », en raison de ses traits poupins) précise qu’il faudra « renforcer le parcours d’intégration » pour les nouveaux arrivants. Quand on sait combien le PS a toujours mis des bâtons dans les roues pour tout projet d’esquisse de début de parcours d’intégration, on tremble…

Le projet de Bébé Antoine, c’est le remplacement de population en douceur. Sans la moindre considération pour d’autres solutions. Car l’importation de populations ne signifie pas la venue massive d’Einstein, de Mozart, de Mark Zuckerberg ou d’astrophysiciens qui vont propulser l’économie belge dans les hautes sphères. Nous ne serons donc jamais assurés de voir ces nouveaux arrivants cotiser aux caisses sociales – une réalité qu’ils ne connaissent pas dans leurs pays d’origine…

La dénatalité est-elle fatale ? Non, répond le PARTI POPULAIRE. Il convient de rétablir les conditions d’une natalité positive. En d’autres termes : redonner l’envie d’avoir des enfants.

Nous sommes le 3ème pays le plus taxé AU MONDE ! Cela laisse peu de moyens aux familles pour assurer une éducation épanouie aux enfants. Le PARTI POPULAIRE réclame la priorité dans les crèches pour les mamans qui travaillent – c’est pour elles que les crèches ont été créées : ce ne sont pas des gardiennes pour enfants, comme c’est le cas aujourd’hui.

Une fiscalité allégée et mieux pensée pose les jalons pour le désir de fonder des familles aux enfants nombreux. A titre d’exemple, le PARTI POPULAIRE propose un taux d’imposition à 0 % pour les revenus jusqu’à 20.000 euros par an. Autant d’argent en faveur des enfants. Dans cette perspective, plus besoin d’immigration et plus besoin de la fiancer à hauteur de 10 milliards d’euros par an, comme c’est le cas actuellement !

F.M.

Commentaires