Print Friendly, PDF & Email

C’est le Times de Londres qui donne l’information en citant la société d’analyse du trafic maritime Windward.

Ces services de surveillance ont remarqué que de nombreux cargos et gros navires déconnectaient leur communication GPS pour disparaître des écrans-radars, falsifier leur identification, choisir un nouvel itinéraire et ne pas être détectés.

La surveillance des eaux internationales et nationales a été accrue pour repérer le trafic maritime près des côtes des pays musulmans depuis le « printemps arabe » et l’explosion du terrorisme et des migrations vers l’Europe qui en ont découlé.

Les gros cargos mettent en panne pour décharger les migrants illégaux qu’ils transportent sur des rafiots qui s’empressent d’appeler GreenPeace ou Médecins sans frontières: plus que malsain!

Selon Windward, en janvier et février de cette année, une soixantaine de bateaux provenant de Libye, de Syrie ou du Liban auraient pénétré les eaux territoriales de l’Union européenne après avoir déconnecté leur système de localisation ou s’être arrêtés temporairement d’une manière suspecte pour décharger des « réfugiés » sur des rafiots qui sont ensuite « sauvés » par Médecins sans frontières, SOS Méditerranée, Greenpeace et d’autres ONG, sans que Frontex n’intervienne en aucune façon…

« Une extrapolation nous amène annuellement à des centaines de bateaux provenant de territoires pouvant être liés à une importante activité terroriste », précise le Times.  « En outre, pendant la même période, des activités suspectes ont été enregistrées à 2.850 reprises en direction de destinations européennes. » Ce sont certainement des activités illégales qui sont déployées.

Selon les experts de Windward, ces bateaux jettent l’ancre dans les eaux internationales pour faire passer des migrants, des armes et des drogues sur de plus petits navires afin d’éviter une détection par les autorités maritimes.

Médecins sans Frontières mérite un retrait immédiat d’agréation pour ses bateaux: ils organisent activement le trafic de migrants illégaux. Et l’Union européenne laisse faire: une honte!

D’autre part, le secrétaire d’état à l’Asile et à la Migration belge, Theo Francken, relayait il y a quelques semaines, les plaintes italiennes, devant la masse de pseudo-réfugiés africains et maghrébins qui continuent de se déverser sur les côtes siciliennes, et ensuite dans toute l’Europe.

C’est particulièrement Médecins sans frontières qui est visé, avec ses bateaux Aquarius, Prudence, Dignity 1. MSF est fier d’annoncer que leur association a « sauvé » 56.000 migrants illégaux et les a amenés en Europe. Ils déclarent que 4.690 personnes se sont noyées en 2015, près du double de l’année précédente. Le trafic d’êtres humains auquel participe MSF augmente. 

Theo Francken devrait aller jusqu’au bout de son raisonnement: si MSF fait du trafic d’êtres humains en Méditerranée, et c’est bien le cas, que l’Etat les assigne en justice!

Pour Theo Francken, les Organisations Non-Gouvernementales (ONG)qui « recueillent » les migrants en étant en contact téléphonique avec les passeurs libyens, tunisiens, égyptiens et autres et les amènent en Italie, pratiquent une véritable « traite des êtres humains » qui accroît l’attractivité de ces filières de migration illégale.

L’incivisme de « Médecins sans frontières », GreenPeace et d’autres organisations du même type devrait faire l’objet d’une action décisive des gouvernements des pays européens et de l’Union Européenne, en justice également, mais la paralysie de nos gouvernants est totale. Il faut ramener ces migrants économiques dans leur pays d’origine, y établir des camps de logements temporaires, les y aider en stabilisant des zones suffisantes dans ces pays. Le droit international doit être adapté. C’est urgent. 

C.T

 

Commentaires