Print Friendly, PDF & Email

Ce jeudi soir vers 21.00 h, dans le bas des Champs Elysées, à hauteur du magasin Sephora, un homme s’est arrêté dans une vieille Audi grise derrière un car de police. Il s’appelle Karim Cheurfi, a 39 ans et avait un coran avec lui. Il est sorti et a ouvert le feu à l’arme automatique (cela semblait être un AK 47) sur des policiers. Un policier, Xavier Jugule, a été immédiatement tué par une balle en pleine tête à la porte du car et deux autres grièvement blessés. 

La police connait l’assaillant qui a été abattu par un tir de riposte d’autres policiers. On compte donc deux morts, dont l’assaillant, un « Français », et deux blessés graves. La police a effectué une descente dans l’habitation de l’assaillant, dans une banlieue de l’Est de Paris, Chelles en Seine et Marne .

La rue Balzac notamment était fermée toute la nuit (transversale des Champs Elysées)

Immédiatement Marine Le Pen et François Fillon ont réagi en remerciant les policiers « qui donnent leur vie pour protéger la nôtre ». Benoît Hamon, J.L. Mélenchon et tout le reste de la classe politique a suivi. Fillon et Le Pen ont décidé d’interrompre leur campagne ce vendredi (dernier jour de la campagne). Hamon et Mélenchon continuent. L’attaque a clairement un contenu terroriste, même si l’homme, qui a passé plus de 14 ans en prison n’était pas fiché S et connu pour sa radicalisation. Trois proches sont en garde à vue. 

Les Champs Elysées avait été bouclée au trafic, de la porte Maillot (avenue de la Grande Armée) jusqu’au Louvre. Idem pour le métro. Plusieurs rues transversales sont restées ouvertes sous la surveillance de la police. L’Elysée a annoncé une réunion de crise entre F. Hollande, le Premier et le ministre de l’Intérieur. Ce vendredi matin à 8 h., le gouvernement se revoyait sur la question.

Hier à 22h57, on apprenait qu’un avis de recherche avait été lancé pour retrouver un complice présumé de l’auteur, il venait de Belgique par le Thalys.  La police donnait le nom de Youssouf El Osri, surnommé Al Belgiki. On sait maintenant que c’est une erreur. La police française voulait bien des informations sur cet homme dont on disait qu’il était en route vers Paris. Mais c’était pour une affaire de drogue. Cet homme s’est présenté spontanément dans un commissariat de police anversois. Il est disculpé. Il travaille sur le site de Total dans le port d’Anvers, où sont stockées d’énormes quantités de matières inflammables (!). On ne le connait pas pour fait de radicalisation. Tout cela est très rassurant…

C’est d’autant plus grave que l’Etat Islamique (Daesh) a revendiqué l’attentat rapidement. Or, ils sont en général « corrects » quant à leurs revendications. Quand ils ne sont pas sûrs que c’est en leur nom, ils ne communiquent pas. Ici l’EI annonçaient que c’était Al Belgiki. Se seraient-ils trompés parce qu’Al Belgiki prépare quelque chose? La police anversoise enquête…

L’homme, Karim Cheurfi, un homme renfermé et silencieux, chômeur, qui a été abattu aux Champs Elysées est un « Français » qui a déjà tenté dans le passé de tuer des policiers, mais avant le début des attentats islamistes. Ses proches sont interrogés. Le procureur laisse entendre que l’homme s’était radicalisé. 

C’est bien une attaque terroriste, cela devrait soutenir le vote pour Marine Le Pen et François Fillon ce dimanche, au premier tour des élections présidentielles. 50.000 policiers seront sur la brêche ce dimanche pour tenter de protéger les citoyens pendant le vote.

L’Europe des frontières ouvertes par Schengen permet aujourd’hui à quelqu’un de prendre sa voiture à Berlin, Rotterdam, Bruxelles, Luxembourg ou ailleurs et d’aller commette un attentat à Paris, sans même s’arrêter aux frontières. Nos services de sécurité font de leur mieux, mais l’ennemi est dans la place. 

Schengen aurait pu fonctionner si l’Europe était restée européenne. Ce n’est plus le cas. La sauvagerie, la barbarie s’installent. Cette barbarie a été lancée par le sanguinaire et borné ayatollah Khomeini lorsqu’il avait condamné l’écrivain Salman Rushdie à mort pour avoir manqué de respect à l’Islam. Cette fatwa tient toujours… C’est l’essence même de notre civilisation tolérante qui est menacée aujourd’hui.

L.R.

Commentaires