Print Friendly, PDF & Email
C’est devenu une mode en Europe : les sécurités sociales sont à sec… à cause des pensionnés. Il est temps de se révolter contre cette imposture ! 
Nous publions ci-dessous une information venue de Suède. Mais ce discours pourrait avoir été enregistré à Bruxelles : « Le problème de la Sécurité sociale, ce ne sont pas les immigrés, mais les pensionnés » !

1. Le mensonge et la vérité. Dire que les pensionnés sont responsables de l’assèchement des caisses sociales est un mensonge éhonté. Rappelons que TOUS les pensionnés ont cotisé TOUTE LEUR VIE ACTIVE aux caisses de pensions.

Le versement de leurs pensions est donc un dû; ce n’est que justice que de recevoir une pension après avoir épargné pour l’obtenir.

Du reste, les pensions belges sont les plus basses d’Europe occidentale. Il ne devrait donc pas être compliqué à l’Etat de remplir ses obligations. Oui, mais… en Belgique, l’Etat ce sont les partis traditionnels et leurs complices, les syndicats. Qui a tapé dans la caisse des pensions ? Poser la question, c’est y répondre…

2. Qui a dilapidé l’argent des pensions ? Le 5 septembre 2001, le socialiste Johan Vande Lanotte se faisait fort de créer un « Fonds de vieillissement », dont l’objectif était de constituer des réserves permettant de financer, durant la période entre 2010 et 2030, le versement des pensions. Ce trésor de guerre a atteint les 21,5 milliards d’euros. En 2016, il ne restait plus un sou dans la caisse, et le Fonds a été purement et simplement supprimé par le gouvernement Michel. Où sont passés les milliards, puisque pas un seul euro n’a été versé à un seul pensionné ? Pas d’explication. Nous en avons une : ils ont été détournés, c’est-à-dire, volés aux pensionnés. N’est-il pas temps de se révolter ?

3. Les vrais responsables. Ce sont d’abord les partis traditionnels : PS, MR, CDH, Ecolo, DéFI. Ils ont tous voté la loi du 15 décembre 1980 sur « l‘accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers » (non-européens). Et c’est bien le regroupement familial qui est la cause n° 1 de l’épuisement des caisses de Sécurité sociale. Pour une raison très évidente : les personnes profitant des lois sur le regroupement familial n’ont jamais cotisé, tout en ayant droit à toutes les aides octroyées aux Belges qui cotisent toute leur vie. Or, ces non-cotisants arrivent à l’âge de la pension et en reçoivent une (aussi médiocre soit-elle), sans avoir cotisé à la caisse des pensions. On peut obtenir les chiffres à l’Office des Pensions.

En résumé, que les partis traditionnels arrêtent de transformer les victimes (les pensionnés qui ont cotisé) en responsables de la faillite de notre système de Sécurité sociale !

4. L’interview

Dans  le quotidien Aftonbladet (1), la ministre suédoise des Affaires sociales, Annika Strandhäll, a déclaré que les personnes âgées du pays, et non les réfugiés, sont responsables des difficultés du système de santé.

Le système de santé suédois est tellement surchargé de demandes, les files d’attente en chirurgie sont si longues, que les patients commencent à « littéralement pourrir », a rapporté Aftonbladet.

De nombreux lecteurs d’Aftonbladet affirment que les problèmes du système de santé sont dus à l’accueil de milliers de réfugiés suédois ces dernières années. Mais Annika Strandhäll rejette totalement cette idée.

La ministre soutient que cela n’est pas dû à la migration massive vers la Suède. Lorsque les lecteurs d’Aftonbladet prétendent que c’est l’acceptation des réfugiés qui a dégradé la qualité des soins de santé en Suède, le ministre s’emporte et répond :

« Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai ! La population suédoise vieillit rapidement. L’espérance de vie augmente de 3,5 heures par jour et nous avons un plus grand nombre de retraités qui sont traités médicalement à vie aujourd’hui qu’il y a 30 ans ».

Selon Strandhäll, « le nombre de personnes âgées de 70 ans et plus augmentera de 300.000 d’ici 2025. C’est le gros problème. L’accueil des réfugiés n’a rien à voir avec cela».

Autrement dit, pour la ministre, c’est la faute à ces salauds de retraités suédois.

Songez donc. Les retraités ont toute leur vie durant travaillé dur, versé une partie importante de leurs salaires pour créer un système économique riche, qui permet d’accueillir un nombre incalculable de gens qui ne travaillent pas, et ils osent réclamer le fruit de leur labeur et de leurs sacrifices, au lieu de l’offrir à des étrangers sans éducation, sans formation professionnelle, qui n’apportent aucune valeur ajoutée au pays, n’ont pas contribué à la création de la moindre richesse, et sont là pour recevoir sans rien apporter – sauf la violence et les viols.

Salauds de retraités.

PIOTR STAMMERS

Source: https://www.dreuz.info/2018/04/29/ministre-suedois-des-affaires-sociales-sur-la-crise-de-la-securite-sociale-le-probleme-ce-sont-nos-retraites-pas-les-refugies/

(1) https://www.aftonbladet.se/nyheter/samhalle/a/zLPBoK/strandhall-aldre-som-belastar-varden–inte-flyktingar

Commentaires