Print Friendly, PDF & Email

Les attentats islamistes se succèdent, avec des bombes, des bonbonnes de gaz, des kalachnikovs et autres armes de poing, avec des couteaux, avec un marteau… La haine de l’Occident est devenue viscérale chez ces musulmans qui veulent se conformer aux prescrits d’origine de l’islam. Paris a encore été le théâtre d’une attaque islamiste lundi sur une fourgonnette de police aux Champs Elysées. Armes, bonbonne de gaz à bord et mort du conducteur musulman qui a percuté le véhicule de police.

L’attentat de lundi aux Champs Elysées était le fait d’Adam Dzaziri, fiché S et salafiste. Cinq membres de sa famille ont été arrêtés. La guerre civile demain?

Cette attaque “montre une fois de plus que le niveau de la menace en France est extrêmement élevé”, a rappelé le ministre de l’Intérieur, alors que le pays est sous le régime de l’État d’urgence depuis les attentats de novembre 2015.

Et puis il y a eu Karim Cheurfi, tuant par balles un policier et en blessant deux autres avant d’être abattu. Le 6 juin, c’était un autre « soldat d’Allah », Farid Ikken qui avait attaqué une patrouille de police sur le parvis de Notre-Dame.

Mais ce qui inquiète fondamentalement tous les gouvernements européens aujourd’hui, c’est l’attentat de Londres, commis par un Anglais de souche contre la mosquée de Finsbury Park, de sinistre mémoire.

La mosquée de Finsbury: au début des années 2000, le prédicateur islamiste Abou Amza y prêchait la haine et le jihad

La mosquée située dans le Nord-est de Londres, surmontée d’un minaret, était au début des années 2000, le lieu où Abu Hamza Al Masri lançait ses prêches de haine et appelait à la guerre sainte contre l’Occident. Cet Egyptien borgne et amputé des deux avant-bras, recrutait pour l’Afghanistan et le « jihad ». Richard Reid, qui avait tenté de faire exploser un avion transatlantique avec des chaussures piégées, ou Zacarias Moussaoui, condamné à la prison à vie en liaison avec le 11 Septembre, étaient parmi ses fidèles.

C’est là qu’un Anglais de 48 ans, criant « je veux tuer tous les musulmans », a précipité sa camionnette sur des fidèles sortant de la mosquée dans la nuit de dimanche à lundi, blessant 10 musulmans dans sa course folle, dont deux gravement. Il est arrêté. Il a agi seul.

Ces londoniens musulmans sont choqués que leur mosquée ait été attaquée. Comment réagiront-ils à terme?

Le maire de Londres, Sadiq Khan, un musulman d’origine pakistanaise et qui s’est fait une spécialité en tant qu’avocat de défendre les terroristes islamistes, a immédiatement dénoncé cette « attaque terroriste horrible » qui a visé « délibérément d’innocents Londoniens dont beaucoup qui finissaient de prier en ce mois saint de ramadan ». Il soigne son électorat musulman!

Le Conseil musulman du Royaume-Uni, lui, a dénoncé un climat d’hostilité « qui a fait que ces dernières semaines et mois, les musulmans ont enduré beaucoup d’actes d’islamophobie». Pour Adnan Rashid, son porte-parole, « les terroristes n’ont pas de couleur, ils n’ont pas de religion, ils ne font partie d’aucune communauté… Ils ont un état d’esprit, celui de tuer des gens, c’est aussi simple que ça ».

Theresa May a un discours de fermeté. Il faut espérer que les attaques ne vont pas s’intensifier et dégénérer dans une sorte de guerre civile entre populations de souche et musulmans

Ces discours des « autorités » musulmanes sont évidemment faux. Ce n’est que l’islam qui pose question, qui suscite ces vocations terroristes au nom d’Allah, et qui est l’objet d’une réprobation de plus en plus grande des populations européennes « de souche ».  Il est remarquable de constater que malgré le chapelet d’attentats partout en Europe, nos sociétés considèrent certes l’islam et son intransigeance permanente comme de moins en moins acceptables mais que l’hostilité est faible vis-à-vis des musulmans.

On a bien vu des tags sur les murs, quelques tentatives d’incendie de mosquées ou des têtes de cochon déposées devant les portes d’autres mosquées, mais cela se limitait à cela jusqu’à présent.

Ce qu’on peut craindre, c’est que des têtes brûlées « de souche » ne se mettent en tête de « casser du musulman » et que les communautés musulmanes ne se radicalisent davantage, ce qui mènerait à une guerre civile dans certaines villes, comme dans les zones de non-droit françaises où des centaines de voitures sont déjà incendiées chaque année.

La fermeté de la Première ministre, Theresa May, est la bienvenue. Theresa May, a promis ce lundi de combattre le terrorisme tous azimuts, après l’attaque contre la mosquée de Finsbury Park.

« C’était une attaque contre les musulmans près de leur lieu de culte, a ajouté Theresa May, et notre détermination à contrecarrer (les actes de terrorismes, NDLR) sera la même quel que soit leur responsable ».

Dans ce contexte de dangerosité grandissante, il est inconcevable que les gouvernements de pays comme l’Allemagne, la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie et d’autres encore, continuent à accueillir des populations de migrants musulmans dont les populations européennes ne veulent pas, au lieu des fermer les frontières et de les rapatrier illico presto, ce qui tarirait rapidement le flux migratoire qui a déjà débarqué plus de 80.000 personnes en Sicile depuis le début de l’année.

Les pays d’Europe centrale, le groupe de Visegrad (Pologne, Tchéquie, Slovaquie, Hongrie) ne comprennent pas la stupidité coupable de nos dirigeants, pas plus qu’un écrivain comme Salman Rushdie, qui se demande si les Européens sont devenus fous.

C.T.

Commentaires