Print Friendly, PDF & Email

La fausse affaire Francken n’était qu’une combine pour diviser les partenaires au gouvernement. L’enquête sur les « tortures » infligées aux Soudanais rapatriés chez eux fait un pschitt malingre. Voilà-t-il pas qu’un Soudanais a le mauvais goût d’annoncer qu’il n’a jamais été soumis à la torture. Qu’il ne se sente pas en sécurité dans son pays, on veut bien le croire. Il suffit d’interroger les chrétiens soudanais, victimes d’un véritable génocide fomenté par les musulmans : ils savent ce que c’est, l’insécurité… Et les « amis » des Soudanais ne se sont jamais mobilisés en leur faveur, contrairement au Parti Populaire, qui a toujours exprimé sa solidarité avec les chrétiens persécutés.

Lé député du Parti Populaire, Aldo Carcaci, a voté pour la motion « pure et simple » présentée par le gouvernement dans cette « affaire Francken ». M. Carcaci ne s’est pas abstenu, à la grande colère de tout ce que l’appareil d’Etat compte de gauchistes comploteurs.

Seul le Parti Populaire a marqué son soutien à l’action juste, équilibrée, nécessaire de Theo Francken, contre vents et marées. Il ne pouvait s’abstenir face au scandale de l’instrumentalisation des Soudanais à des fins électoralistes, pratique hautement prisée par les partis traditionnels.

Commentaires