Print Friendly, PDF & Email

Le nucléaire est le moyen le moins dangereux pour produire de l’électricité. Dans un article publié dans la revue scientifique médicale The Lancet (1), les professeurs Anil Markandya et Paul Wilkinson passent en revue l’état des connaissances concernant les effets sur la santé des différentes méthodes de production d’électricité.

Avertissement : il y a une quinzaine d’années, je suis arrivé à la conclusion qu’au journal télévisé, la seule chose où l’on ne nous ment pas, c’est le bulletin météo. Avec le temps, et la censure de toute opinion divergente concernant le réchauffement climatique, même la météo ment. Pour cela, et bien que je n’aie aucune connaissance scientifique ni aucune compétence sur le sujet que je rapporte ici – mais je connais l’exceptionnelle réputation de Lancet – il m’a semblé essentiel de porter à votre attention le contenu de cette étude, parce qu’il détruit le consensus médiatique avec la précision d’un sniper qui tirerait au pigeon à la fête foraine.

Le constat des auteurs est quadruple.

  • Premièrement, les effets négatifs sur la santé de la production d’électricité à partir de sources renouvelables n’ont pas été évalués aussi complètement que pour les sources conventionnelles.
  • Deuxièmement, les centrales électriques qui polluent le plus l’air extérieur (celles à base de lignite, de charbon et de pétrole) sont celles dont le danger sanitaire est le plus important, alors que les risques pour la santé sont sensiblement plus faibles pour la production à partir du gaz naturel, et encore plus faibles pour l’énergie nucléaire.
  • Enfin, le passage accéléré aux sources d’énergie renouvelable peut avoir des effets bénéfiques appréciables sur la santé, mais ce passage pose des défis en ce qui concerne l’intermittence de la production renouvelable, les exigences en matière d’utilisation des Terres, et les coûts.

Avant de développer ces points dans les paragraphes suivants, je pense important de rappeler que si l’électricité, qui par l’immense avantage qu’elle procure à la société et à l’homme, est unanimement considérée – même par les anarchistes et les pires nihilistes d’extrême gauche – d’un œil très bienveillant, elle entraîne également des coûts de santé rarement évoqués – et je ne parle pas de votre enfant qui met ses doigts dans la prise.

  1. La comparaison des différentes formes de production commerciale d’électricité à l’aide des méthodes du cycle du combustible mises au point dans le cadre d’études européennes montre que les centrales électriques à base de lignite, de charbon et de pétrole polluent le plus l’air extérieur et sont les plus dangereuses pour la santé.
  2. L’énergie nucléaire demeure controversée en raison des préoccupations du public concernant le stockage des déchets nucléaires, le risque d’accident catastrophique ou d’attaque terroriste et le détournement de matières fissiles pour la production d’armes, mais elle a l’un des plus faibles niveaux d’émissions de gaz à effet de serre (GES) par unité de production, et l’un des plus faibles niveaux d’effets directs sur la santé. On peut cependant comprendre les craintes concernant les accidents nucléaires, l’utilisation de matières fissiles dans les armes et le stockage des déchets ;
  3. Les effets négatifs sur la santé de la production d’électricité à partir de sources renouvelables (énergie solaire, éolienne et houlomotrice) semblent être faibles.
  4. Mais si l’on fait diminuer la production mondiale actuelle de 17 % d’électricité par énergie nucléaire, cela ajoutera un obstacle important aux réductions des émissions de GES recherchées.
  5. Le captage et le stockage du CO2 pourraient à l’avenir jouer un rôle économique dans la réduction des émissions de CO2 provenant de sources importantes, mais ses effets sur la santé seront probablement mitigés car les pertes d’efficacité signifient une plus grande consommation du combustible primaire et d’autres ressources et une production accrue de déchets.

Risques de la production d’électricité sur la santé

Polluant Effet
PM2-5, dioxyde de soufre, oxydes d’azote, ozone Réduction de l’espérance de vie, Cancers
Benzène, benzo(a)pyrène, 1,3-butadiène, particules de diesel Risque de mortalité lié au transport des matériaux et sur le lieu de travail
PM10, dioxyde de soufre, ozone Admissions à l’hôpital pour troubles respiratoires
PM2-5, ozone Jours d’activité restreinte
PM10, monoxyde de carbone Insuffisance cardiaque congestive
Benzène, benzo(a)pyrène Risque de cancer (non mortel)
1,3-butadiène, particules diesel Admissions dans les hôpitaux pour problèmes vasculaires cérébraux
PM2-5 Cas de bronchite chronique
Ozone Toux chez les patients asthmatiques.
Symptômes des voies respiratoires inférieures. Attaques d’asthme. Infarctus du myocarde. Angine de poitrine. Hypertension artérielle. Troubles du sommeil. Risque de blessures dues à des accidents de la circulation et du travail.
Source : European Commission ExternE : Externalities of Energy: Methodology 2005 Update. EUR 21951. European Commission, Brussels; 2005.

Nombre de décès/maladies par TWh (2) pour chaque source d’énergie utilisée pour la production d’électricité en Europe

Morts Maladies sérieuses Maladies légères
Lignite 32,6 298 17 776
Charbon 24,5 225 13 288
Gaz 2,8 30 703
Pétrole 18,4 161 9551
Biomasse 4,63 43 2276
Nucléaire 0,052 0,22 0

Source : OSTI

Source : Next big future (2016)

Compilation du Guardian (3) des accidents des centrales nucléaires depuis 1952

Nombre de morts (4)
2011 Fukushima, Japon 0
2011 Onagawa, Japon 5
2006 Fleurus, Belgique 0
2006 Forsmak, Suède 0
2006 Erwin, USA 0
2005 Sellafield, UK 0
2005 Atucha, Argentine 0
2005 Braidwood, USA 0
2003 Paks, Hongrie 0
1999 Tokaimura, Japon 2
1999 Yanangio, Pérou 0
1999 Ikitelli, Turquie 0
1999 Ishikawa, Japon 0
1993 Tomsk, Russie 0
1993 Cadarache, France 0
1989 Vandellos, Espagne 0
1989 Greifswald, Allemagne 0
1986 Chernobyl, Ukraine (URSS) 45 – Disputé
1983 Constituyentes, Argentine 1
1986 Hamm-Uentrop, Allemagne 0
1981 Tsuraga, Japon 0
1980 Saint Laurent les Eaux, France 0
1979 Three Mile Island, USA 0
1977 Jaslovské, Tchécoslovaquie 0
1969 Lucens, Suisse 0
1967 Chapelcross, UK 0
1966 Monroe, USA 0
1964 Charlestown, USA 0
1959 Santa Susana Laboratoire, USA 0
1958 Chalk River, Canada 0
1958 Vinca, Yougoslavie 0
1957 Kyshtym, URSS 49 à 55 – Disputé
1957 Windscale, UK 0 à 33 – Disputé
1952 Chalk River, Canada 0
Total 102 à 143
Conclusion par 1+1 = 2

 

Chaque fois qu’un centre de production d’électricité par énergie nucléaire est fermé, et remplacé par un autre mode de production, les risques de mort, d’accidents et les dangers pour la santé de l’homme augmentent.

J’ai prévu, dans un futur article, de montrer que les effets négatifs sur la santé des énergies dites renouvelables (la lumière du soleil, l’énergie solaire directe, l’hydroélectricité, le vent, les vagues, la production de biocarburants et chaleur de surface, l’attraction gravitationnelle de la lune et les marées, ou la géothermie – radioactivité de l’intérieur de la Terre) n’ont pas été encore complètement évalués, même si, pour l’énergie solaire, éolienne et houlomotrice, ces effets semblent être faibles, mais qu’en revanche, ils sont une catastrophe pour l’environnement.

Un dernier mot : je n’ai aucun conflit d’intérêts sur le sujet abordé. Je ne possède aucune centrale nucléaire, aucun puits de pétrole, aucune mine de charbon, et aucun engin électrique pour me déplacer.

JEAN-PATRICK GRUMBERG

Source: https://www.dreuz.info/2019/03/04/le-nucleaire-est-le-moyen-le-moins-dangereux-de-produire-de-lelectricite/

  1. The lancet a été fondé en 1823 par Thomas Wakley en tant que revue hebdomadaire internationale indépendante de médecine générale.
  2. TWh =1012 Watt par heure.
  3. The Guardian
  4. WikipediaPBSWikipedia,

Commentaires