Print Friendly, PDF & Email

Charleroi, Bruxelles, Liège, Verviers… La liste est longue de ces villes dont certaines rues sont encombrées de vieux pneus. Et le stockage de ce caoutchouc aux abords des villes devient source de pollutions – sans parler des bûchers de pneus dégageant des fumées toxiques…

Amerildo Silva a trouvé une solution. Pas « la » solution, mais une idée intelligente pour recycler ces nuisances. D’un chancre écologique, il a créé un petit business qui ne peut laisser indifférents les amis des animaux domestiques.

D’autres réutilisations de pneus usagés sont développées. En Colombie, ils servent à construire des maisons en forme d’igloos. Avantages : ce concept permet une isolation parfaite, tant contre le froid qu’envers les fortes chaleurs. Et ces habitations résistent aux tremblements de terre dans une région traversée de nombreux séismes.

Mais il y a encore beaucoup d’autres solutions. Parmi les modes de valorisation, on compte

  • le soutien de bâche d’ensilage en milieu agricole (le plus visible) ;
  • la constitution de remblais routiers ou de constructions et de drains ;
  • le support de voie ferrée, pour réduire les vibrations et le bruit ;
  • les aires de jeux amortissantes et le gazon synthétique pour stade de sport ;
  • les objets moulés (ex : roue de caddies).

Ce sont là des applications simples, peu coûteuses et respectueuses de l’environnement. Dans son programme, le Parti Populaire annonce qu’il est prêt à soutenir ces entreprises innovantes et les jeunes (et moins jeunes !) entrepreneurs qui les initient et les développent. 

D.K.

 

Commentaires