Print Friendly, PDF & Email

Ce matin du 5 juin se tenait, à Robermont, la cérémonie d’hommage aux deux policières assassinées par un terroriste islamiste à Liège. Mischaël Modrikamen, Président du PARTI POPULAIRE, avait été invité par la famille. Une des victimes était d’ailleurs la tante par alliance d’un responsable liégeois du PP.

A son arrivée, Modrikamen a été salué par plusieurs policiers assurant le bon déroulement et la sécurité de la cérémonie. Comme nombre de leurs collègues, ils se montrent évidemment sensibles à l’engagement du parti en faveur des forces de l’ordre.

Puis, le ton a changé. A l’entrée même du funérarium un commissaire de police est venu avertir Modrikamen qu’il ne pouvait pas entrer et prendre part à la cérémonie « SUR ORDRE DE LA HAUTE HIERARCHIE DE LA POLICE LIEGEOISE« . En d’autres termes, du bourgmestre Demeyer (PS), chef de la police.

Voici ce que M Modrikamen, choqué, a déclaré, devant le Funérarium :

La manoeuvre est abjecte. Elle montre bien combien la mafia politicienne entend récupérer le malheur des familles à des fins électoralistes. Comme aux funérailles de Cyril Vangriecken, les Demeyer et autres huiles PS et MR, membres du gouvernement, Michel, Geens, Defraigne mais aussi Di Rupo, se bousculaient pour apparaître devant les caméras de télévision.

Cela montre aussi combien, les partis traditionnels organisent le boycott du PARTI POPULAIRE, qu’ils craignent manifestement. Rester au pouvoir étant leur seul programme, ils redoutent le changement.

On aurait pu espérer que la lutte se déroule avec honneur. C’était trop demander à Demeyer and Co. Ils ont préféré souiller le chagrin de deux familles à des fins électoralistes.

On ne se rachète pas une vertu en piétinant les morts, M. Demeyer.

D.K.

PS Bravo à nos confrères de 7sur7 qui ont déjà complété le Belga avec cette information !

Commentaires