Print Friendly, PDF & Email

Jair Bolsonaro sera-t-il le prochain Président du Brésil ? Au premier tour de l’élection, ce 7 octobre, il est arrivé largement en tête (46,06 %) devant son challenger de gauche, Fernando Haddad (29,24 %). Avant le second tour, le 28 octobre, les « élites » de gauche feront tout pour barrer le chemin à Bolsonaro.

Tout semble démontrer que le vote électronique a été manipulé – comme en Belgique… « Sans cela, a déclaré Jair Bolsonaro, nous connaîtrions déjà le nom du Président de la République. » (voir ici).

Rappelons que le candidat de droite a été victime d’un attentat (notre photo ci-contre) : au cours d’un bain de foule, il a été poignardé en plein abdomen par un militant de gauche, âgé de 40 ans (voir ici le film de l’agression).

Cette tentative d’assassinat s’inscrit bien dans la ligne de gauche. Cette dernière s’aperçoit qu’elle est complètement déconnectée des réalités et étrangère au peuple. Mais il y a le pouvoir… Et la gauche est prête à tout pour le conserver.

On l’a vu avec l’attentat contre M. Bolsonaro, minimisé par la presse bien pensante, qui eut beaucoup de difficulté à ne pas jubiler ; on s’en aperçoit avec les commentaires de cette même presse, appelant de ses voeux un « sursaut républicain » et un « rassemblement démocratique » contre M. Bolsonaro, catégorisé à l’extrême droite… comme par hasard (voir ici).

Aucun quotidien de « l’élite » gauchiste n’a hurlé au « déni de démocratie », lorsqu’un gauchiste a poignardé le candidat brésilien. Tout est entrepris pour barrer la route à Bolsonaro. Il faut maintenir au pouvoir la gauche, pourrie jusqu’à la moelle et.. financée par George Soros. Au travers d’ONG et d’associations fantomatiques, le milliardaire aidait l’ex président Lula et celle qui lui succéda, Dilma Rousseff.

Aujourd’hui, Lula croupit en prison et Roussef n’est pas parvenue à se faire réélire au Sénat de Brasilia.

Jair Bolsonaro a promis un grand coup de balai pour chasser du pouvoir les corrompus qui ont amené le Brésil au bord du gouffre. Souhaitons-lui de tenir bon contre l’offensive de gauche qui se prépare. Un Bolsonaro très proche des idéaux du Movement, initié par Mischaël Modrikamen et Steve Bannon. 

Commentaires