Print Friendly, PDF & Email

Bruxelles est la capitale de la Belgique, un pays désormais très islamisé, comme la France, comme l’Allemagne, comme l’Europe.

C’est aussi le siège des principales autorités européennes et donc, en quelque sorte, la capitale symbolique de l’Europe. Ceux qui arrivent en train depuis Paris peuvent obliquer vers la droite et le parc Leopold, et ils se sentiront encore en Europe, comme il y a vingt ans. Ils seront dans ce qui s’appelle le “quartier européen”. S’ils obliquent vers la gauche, ils se trouveront vite en quartier musulman. Ils pourront atteindre rapidement le quartier de Molenbeek, capitale islamo-terroriste de l’Europe, et tête de pont d’une conquête en cours. Ils peuvent aussi aller tout droit vers la Grand-Place et se rendre au Bâtiment Vanderborght.

Ils y trouveront une exposition qui leur montrera le degré de soumission à l’islam auquel l’Europe est parvenue, l’intensité de la propagande pro-islamique en Europe et le stade d’auto-humiliation et de mensonge auquel l’Europe est parvenue, car c’est, bien sûr, une exposition subventionnée (le premier sigle à figurer sur l’affiche de l’exposition est celui de l’Union Européenne). Le nom de l’exposition est “L’islam, c’est aussi notre histoire”. Son objectif est de montrer qu’il y a toujours eu une part d’islam en Europe, et que c’est très bien ainsi. Il est même de souligner que les Européens ont une dette vis-à-vis de l’islam. Les concepteurs de l’exposition, qui n’ont vraiment honte de rien, accueillent le visiteur avec des drapeaux de plusieurs pays d’Europe transformés en burqas, le futur sympathique vêtement des femmes européennes sans doute. Le visiteur apprendra au fil des salles que l’Europe et l’islam ont treize siècles d’”histoire commune” et que s’il y a eu, certes, quelques conflits et, aujourd’hui une “intégration difficile” des musulmans à l’Europe (due largement à un refus bien trop important des Européens à accepter d’être islamisés et intégrés à la culture islamique), il y a eu aussi de multiples aspects brillants et féconds. Ne vivant plus en Europe, je ne me rendrai pas à l’exposition.

Ceux qui sauront surmonter leur dégoût pourront s’y rendre, mais il est possible de se contenter d’une visite virtuelle, ce qui évite le déplacement et de contribuer à une infamie déjà payée avec l’argent des impôts de millions d’Européens.

Ce qui doit être souligné est que des historiens de profession ont participé à l’infamie: certains sont musulmans et les falsifications islamiques de l’histoire sont, pour eux, normales et de l’ordre de la vérité, certains ne sont pas musulmans et, en se soumettant aux falsifications islamiques de l’histoire se conduisent en imposteurs et en traîtres vis-à-vis de l’histoire elle-même et vis-à-vis de leur propre civilisation: ce sont des imposteurs de ce genre qui contribuent à la rédaction des manuels scolaires destinés à laver le cerveau des enfants dans toute l’Europe occidentale.

Ce qui doit être ajouté est que les falsifications cachent soigneusement des horreurs, les monceaux de cadavres et le sang versé par les actions prédatrices de l’islam en Europe pendant treize siècles, et le vocabulaire utilisé est une ignominie: dire, par exemple que grâce à l’Empire ottoman, l’islam s’est “répandu” dans les Balkans est cracher sur la mémoire de ceux qui se sont battus pour que l’islam ne se répande pas dans les Balkans. Evoquer les charmes de l’Andalousie est glisser sous le tapis de prière les multitudes assassinées ou réduites en esclavage.

Ce qui doit être clamé est que les ignobles concepteurs de l’exposition et les bureaucrates européens qui les ont financés sont des criminels qui cherchent à anesthésier et sont de ceux qui préparent la grande euthanasie qui plane sur l’Europe, car il s’agit, à moyenne échéance, d’une euthanasie. Ce que ne dit pas l’exposition est que l’islam n’a jamais rien créé et jamais rien produit et a vécu seulement de prédation et de pillage.

Il fut un temps où les dirigeants européens avaient le courage de se battre. Les dirigeants européens aujourd’hui ont une lâcheté ignoble et trahissent leurs propres populations. Il reste des dirigeants dignes, en Europe centrale. Il n’en est aucun qui soit au pouvoir en Europe occidentale.

GUY MILLIÈRE 

Source: https://www.dreuz.info/2017/10/25/bruxelles-capitale-de-la-soumission-a-lislam/

Commentaires