Print Friendly, PDF & Email

A quand le nouveau drame, à Bruxelles ? Le ministre de l’Immobilité, Pascal Smet, a été obligé de publier l’état des ponts en région bruxelloise. Sur le document que nous publions apparaît un classement des ponts selon leur état de dangerosité.

Deux d’entre eux sont tout benoîtement dans la zone rouge, c’est-à-dire, celle où l’on classe les ponts sur le point de s’écrouler. Ils sont deux : le pont de la Petite Île et le pont Van Praet. Ce dernier est emprunté par des millions de navetteurs, tous les mois !

Pour ce qui concerne le pont de la Petite Île, la circulation ne se fait plus que sur une bande et il est fortement déconseillé aux camions de l’emprunter. C’est rassurant ! Et il paraît urgent d’entamer des travaux de consolidation au pont Van Praet.

Dans l’un et l’autre cas, aucun journaliste ne se pose la question: pourquoi a–on laissé ces ouvrages d’art se détériorer, sans que personne ne s’en inquiète ?

Et si 2 ponts se retrouvent en zone très rouge, ils sont une dizaine en zone rouge clair

Certes, Bruxelles est habituée aux catastrophes : attentats, émeutes, tunnels en ruine, Yvan Mayeur, Faouzia Hariche, Philippe Close… Mais avait-elle besoin de voir ses ponts cassés, comme en pleine guerre ?

Commentaires