Print Friendly, PDF & Email

Le Peuple l’affirme depuis longtemps : les Bruxellois fuient Bruxelles. A l’époque, Philippe Close (PS) et la clique ertébéenne niaient nos articles, les traitant de « populistes », voire de fake news. Hélas pour eux : les chiffres officiels nous donnent raison. 

Il y a loin entre la réalité et la propagande idyllique diffusée par les imposteurs socialistes, Ecolo, DéFI et leurs larbins de la « bonne presse ».

Sur la Place De Brouckère, les femmes un tant soit peu « dévoilées » se font insulter, voire agresser par des personnes se réclamant de l’islam. Promenez-vous dans le centre-ville, à Molenbeek, Anderlecht, Forest, Saint-Gilles, Saint-Josse et ailleurs dans les 19 communes : le voile islamique et la « teniue pudique » sont devenus les étendards de la conquête musulmane.

A Bruxelles, l’objectif est atteint. Avec la complicité des quémandeurs de voix au PS, chez Ecolo, Défi et même au MR.

Un résultat alarmant

Les Bruxellois « de souche », mais aussi les travailleurs issus de la diversité fuient la Région bruxelloise. Et ce n’est pas Le Peuple qui le dit, mais bien les statistiques provenant du ministère de l’Intérieur et une étude publiée par l’université de Namur.

En 2017, 39.430 Bruxellois ont quitté la capitale pour s’installer majoritairement en Flandre et aussi en Wallonie. Un vrai Bruxellexit.

Profil de cet ex-Bruxellois : des jeunes familles avec enfant, des actifs (mari et femme), des travailleurs d’origine maghrébine gagnant leur vie par le travail (ils sont de plus en plus nombreux, mais pas à Bruxelles), des mères célibataires, des personnes seules.

Nous devons à la vérité d’ajouter que sur cette même période, 25.129 personnes ont quitté la Flandre et la Wallonie pour s’installer dans la capitale.

Problème : la plupart de ces « néobruxellois » disposent de peu de moyens financiers et/ou émargent aux allocations sociales. Terrible menace pour les finances des communes et de la Région : ceux qui partent sont de bons contribuables ; ceux qui viennent paient peu ou peu d’impôts.

Notre conseil

Bruxellois, quittez Bruxelles. Les revenus votre travail sont littéralement bouffés par la politique des copains, chère aux PS, Ecolo, PTB, DéFI et consorts. N’attendez plus rien de politiciens sans scrupules, mobilisés pour leur seul profit personnel. Bruxelles est devenue une ville sale, violente, mal sécurisée, à la mobilité clownesque et contreproductive. Le niveau de l’enseignement s’est effondré ; dans certaines écoles, les enfants « blancs » ne sont pas les bienvenus ou se voient persécutés par leurs petits camarades. Et l’islam s’y trouve en pays conquis.

G.R.

Commentaires