Print Friendly, PDF & Email

Il faut les voir se bousculer pour paraître à la télévision, y clamer leur indignation et « réagir fermement ». Qui ? Les politiciens des partis traditionnels, pardi ! Ceux-là mêmes qui ont laissé la situation de Bruxelles pourrir, sans bouger le petit doigt. Ou plutôt, si. Ils s’agitaient quand ils s’agissait de dénoncer les citoyens indignés. Des citoyens qui ont été traités de populistes, fascistes, racistes, islamophobes, voire de néo-nazi. À ce jeu-là, PS, MR, CDH, Ecolo et DéFI étaient champions. Leur attitude actuelle relève du show des hercules de foire. Et comme leur numéro ne convainc plus personne, il est temps de les envoyer aux oubliettes. Seul le Parti Populaire propose des mesures sérieuses, cohérentes et applicables immédiatement pour sortir Bruxelles et le pays du marasme où les partis traditionnels les ont précipités.

Trois émeutes en 15 jours, quelle belle publicité pour Bruxelles et la Belgique ! Plus que jamais l’Amérique est prête à croire Donald Trump qui traitait la capitale belge de « trou à rats ». On comprend pourquoi les organisations européennes, basées à Londres et relocalisées sur le continent, ont évité Bruxelles (où elles auraient créé 10.000 emplois assurés) et lui ont préféré Amsterdam.

Aujourd’hui, le citoyen bruxellois (et wallon) paie le prix fort pour le laxisme du lobby PSMRCDHDéFIEcolo, qui tient en otage la partie francophone du pays. Le citoyen paie, dans tous les sens du terme.

La « Tolérance zéro » version Reynders est totalement risible après tant d’années de laxisme et de mauvaise gestion…

La racaille, qui a dévasté les commerces autour de la Bourse, de la Monnaie et de l’avenue Louise, se sent encouragée par l’impunité.

Le lobby PSMRCDHDéFIEcolo a mis en place à tuer toute opposition. Dès qu’un simple citoyen émet une opinion qui dérange le tissu de mensonges, on lui envoie les chiens : MRAX, Ligue des Droits de l’Homme, Unia (ex centre pour l’égalité des chances). Et le piège se referme grâce aux juges rouges qui, majoritairement nommés (et redevables) par la mafia gauchiste, présente dans tous les partis susnommés (oui, y compris le MR!), appliquent consciencieusement le programme pro-laxisme de leurs maîtres.

Combien de fois la victime d’une agression sauvage (en rue, dans le métro, à son domicile) ne voit pas son ou ses agresseurs remis en liberté avant qu’elle ait pu soigner ses blessures ?

Le Club des Cinq est en réalité la Bande des Cinq

Le lobby PSMRCDHDéFIEcolo agit par scandaleux calcul électoral : à Bruxelles, 29 % de la population est composée d’étrangers – indispensables pour les prochaines élections communales (octobre 2018) ! Cette préférence nuit aux populations de souche. Un véritable camouflet, une authentique insulte pour les contribuables, toujours mis à… contribution pour réparer les dégâts commis par les voyous protégés et privilégiés par le lobby PSMRCDHDéFIEcolo, une véritable Bande des Cinq.

Bien naïfs, ceux et celles qui croient dans les discours « musclés » de ces politiciens se bousculant pour participer à un « débat » (arrangé d’avance, car RTBF et RTL sont les carpettes du lobby susnommé), apparaître devant les caméras et effectuer un numéro digne des plus mauvais clowns de l’histoire du cirque.

Ces discours qui se multiplient n’ont rien à voir avec le muscle, mais avec la gonflette : une fois les élections passées, ils seront oubliés, et on reviendra aux lamentos « humanistes ».

Les vrais casseurs sont à la télévision !

Il ne fallait pas posséder des boules de cristal, des pendules ou un Tarot de Marseille pour voir venir ce qui arrive aujourd’hui.

Les émeutes se sont produites à proximité de ghettos, créés par le lobby PSMRCDHDéFIEcolo. Le samedi 11 novembre, elles ont débuté dans le quartier maghrébin de la ville de Bruxelles : boulevard Lemonnier, avenue de Stalingrad, quartier Anneessens. Ce samedi 25 novembre, non loin de Matongé, le ghetto africain d’Ixelles, soutenu par la STIB, qui a sous-titré « Matongé » la station de métro « Porte de Namur ».

À chaque fois, la casse relève de la sauvagerie. On ne saccage pas des magasins parce que le Maroc s’est qualifié pour la Coupe du Monde (11 novembre) ou parce que l’on manifeste contre l’esclavage pratqiué par les Arabes en Libye (25 novembre). Et ce n’est pas la venue d’une idole pas très connue qu’il faut briser des étalages et endommager des véhicules…

À chaque fois, les chiens aboient. C’est le MRAX, dirigé par Carlo Crespo, époux de Catherine Moureaux, sirène du lobby PSMRCDHDéFIEcolo, qui appelle à la délation afin d’identifier, non pas les casseurs, mais les policiers qui auraient eu la main un peu dure. Sauf qu’en l’occurrence, ce sont ces derniers qui ont été blessés par des lancers d’objets divers.

Les vrais casseurs se pressent à la télévision. C’est le lobby PSMRCDHDéFIEcolo qui a cassé un pays de cocagne, où il faisait bon vivre. Un pays uni, qui n’avait pas besoin des radoteurs du « vivre ensemble », alors que leurs actes débouchent sur le « vivre séparés » ou le « vivre entre eux ».

Le Parti Populaire est le seul recours

Voilà où nous a mené le lobby PSMRCDHDéFIEcolo. Un société qui a perdu ses repères. L’affaire de la croix sur la mitre de saint Nicolas relève de cette même volonté d’abrutir la population, de lui faire accepter tout et n’importe quoi. La presse subsidiée appuie servilement ce plan, dont le seul but se résume en une formule : se maintenir au pouvoir (et ses privilèges) à n’importe quel prix.

Et quel prix ! Le contribuable le découvre chaque année dans sa feuille de contribution. Il en a la confirmation dans la hausse des prix : la Belgique est le seul pays européen ou le pouvoir d’achat des travailleurs a baissé ces deux dernières années !

Le Parti Populaire est, en effet, le seul parti proposant un programme réaliste et efficace pour mettre fin à la gabegie actuelle. Un parti qui veut rétablir l’ordre – pas celui qui bride les citoyens honnêtes, comme cela se trouve dans les projets du lobby PSMRCDHDéFIEcolo, mais celui qui met au pas les voyous, de quelqu’origine qu’ils soient et renvoient au loin ceux qui n’ont rien à faire en Belgique ou qui n’y font rien.

Pour le retour de l’ordre et le maintien de nos traditions, le Parti Populaire est prêt, plus que jamais.

D.K.

Commentaires