Print Friendly, PDF & Email

A Bruxelles, la saleté coûte cher au contribuable. Un audit a mis en lumière les étrangetés dans le fonctionnement de Bruxelles-Propreté. En attendant, les Bruxellois vivent dans une ville de plus en plus sale. Une propreté très douteuse…

Un déficit de 51 millions ; augmentation de 170 % des dépenses, entre 2001 et 2016 – n’en jetez plus, si on ose dire. Tri des sacs poubelles fantaisiste…

C’est le désastreux bilan de Bruxelles-Propreté, dirigée par des copains socialistes, choisis pour leur carte de parti et non leurs compétences. Le tout, sous la direction de l’ineffable Fadila Laanan. Rappelons que cette dernière détenait la propreté et… la culture dans ses compétences, au sein du gouvernement bruxellois sortant.

La saleté des rues bruxelloises ne s’explique pas par une agence dédiée à la propreté, qui serait aux abois. De 2011 à 2016, les dépenses de Bruxelles-Propreté ont progressé de 170 %, tandis qu’elle développait des activités commerciales qui lui rapportaient 34 millions d’euros !

Le problème de Bruxelles-Propreté ressemble à celui de la STIB : ce sont des entreprises qui engagent la clientèle des partis politiques, PS en tête.

Quand le MR parle de « bain de sang social » chez Bruxelles-Propreté, cela concerne un personnel administratif superfétatoire, souvent engagé « sur recommandation »… d’un élu PS ou Ecolo.

Il ne s’agirait donc pas de toucher aux emplois de personnel de terrain, qui accomplissent un travail dur et souvent impeccable dans des conditions de travail difficiles.

Un travail qui n’est pas facilité par les incivilités.

On en a un exemple à Molenbeek, où un lecteur a photographié du matériel de propagande en faveur de Jamal Ikazban (PS), abandonné en pleine rue.

On se demande si des agents de Bruxelles-Propreté dresseront un procès-verbal à Ikazban pour dépôt sauvage…

Or donc, les élections sont passées et la vérité refait surface. Les couvercles des casseroles sautent les uns après les autres. C’est Charleroi (PS) en quais-faillite ; c’est Bruxelles-Propreté qui apparaît non plus comme une casserole, mais une poubelle socialiste. 

C. S.

Commentaires