Print Friendly, PDF & Email

Plutôt que de pointer les vrais responsables du drame social de Carrefour, la presse subsidiée a trouvé un nouveau dada : le responsable, c’est le consommateur ! Celui qui fait ses achats hors des frontières belges ; celui qui fait ses achats en ligne. Toujours cette politique de culpabilisation du citoyen !

Les vrais responsables, ce sont des ex-ministres, tels Sabine Laruelle (MR) et Willy Claes (SP.A), ce corrompu de l’affaire Agusta (années 1980/1990) recyclé dans le conseil d’administration qui a licencié 1.233 personnes !

Le conseil d’administration apparaît comme un refuge pour les desperados de la politique. Sabine Laquelle (MR), évidemment, mais surtout Willy Claes. Quelles sont les compétences ce socialiste flamand, embourbé dans l’affaire des hélicoptères Agusta, chassé de l’Otan, véritable honte pour la réputation de la Belgique ? Sans la moindre hésitation, il a signé le licenciement de 1.233 personnes, alors qu’il aura accumulé les juteux mandats pendant toute son existence.

D’autres responsables ? Les gouvernements successifs et multiples (nous en avons 6 !). Si les prix dans un Carrefour France sont plus intéressants qu’en Belgique, la cause crève les yeux : les impôts plus élevés en Belgique, la rage de la TVA, les charges sociales étouffantes.

Que le consommateur recherche son intérêt, rien de plus normal. Le consommateur belge est lui-même écrasé d’impôts, ses pensions sont les plus basses de l’Europe de l’Ouest, etc, etc.

Mais il n’y a pas que le consommateur traqué par les impôts : des femmes de ministre n’hésitent pas à faire leurs achats en France. Conduites par le chauffeur de monsieur le ministre – l’essence étant facturée au contribuable belge.

Alors, qui est responsable ?

A.D.

Commentaires