Print Friendly, PDF & Email

Après la comédie, la tragédie. Les négociations entre le PS et le PTB devaient capoter – tout le monde s’y attendait. Molenbeek est reparti pour 6 ans d’immobilisme avec une majorité PS-MR contre nature. Le perdant : le citoyen molenbeekois.

La majorité comprendra 30 sièges (17 pour le PS ; 13 pour le MR ; 5 échevins seront PS, 4 MR (+ la direction du CPAS), avec Catherine Moureaux comme bourgmestre. Une majorité comme au temps de papa, doit-elle se féliciter…

La comédie a fait long feu. Moureaux voulait « une majorité de progrès », avec le PTB et Ecolo. Personne n’y a cru : une grande bourgeoise comme la fille de Philippe, héritière de la fortune Blaton, n’aurait jamais pu s’entendre avec les démagogues du PTB.

L’alliance PS-MR était écrite dans les astres. C’était le pire des scénarios. A moins de renoncer à toutes ses promesses électorales, la liste de la bourgmestre ne pourra avaler toutes les couleuvres. Même constat pour le parti salafiste de Moureaux.

Au total, un immobilisme annoncé. Et pour 6 ans. En d’autres termes, le recul pour la commune, la plongée dans de nouvelles années Moureaux. Pauvre Molenbeek… 

 

Commentaires