Print Friendly, PDF & Email

Dix sociétés mondialisées contrôlent notre alimentation. Elles n’ont pour but que le profit et non la fourniture d’une nourriture de qualité. Et l’Europe des « élites » les soutient avec empressement. C’est cette Europe-là qu’il faut combattre.

Pourquoi l’Europe se montre-t-elle si tolérante avec ces sociétés, alors qu’elle ne manque pas de s’attaquer aux petits producteurs, tels les fabricants de fromage de Herve et les pâtissiers spécialistes de la tarte au riz, à Verviers ?

Tout simplement parce que ces sociétés monstrueuses dépensent des millions d’euros pour entretenir des équipes de lobbyistes, chargés d’imposer leurs lois à l’Europe.

Et il faut déplorer que de nombreux hauts fonctionnaires et des parlementaires européens ne sont pas insensibles aux attentions et aux cadeaux…

L’étrange mansuétude de l’Europe pour le Qatar… 

C’est cette même Europe qui veut nous culpabiliser parce que nous consommerions de trop.

Chaque année paraissent des chiffres alarmistes et accusateurs.

« Pour nous nourrir, il faut exploiter l’équivalent de deux planètes comme la Terre« , nous mentent les médias aux ordres.

Encore une satanisation de l’Occident. Quand on y regarde de plus près (tableau ci-dessus), on s’aperçoit qu’il faut ajouter « si ». Si toute la planète consommait comme les Belges, il faudrait 2,59 planètes. Un fameux « si ».

C’est bien malheureux que tous les habitants de la Terre ne puissent bénéficier d’un standard de vie égal à celui des Belges – et encore fait-il distinguer d’importantes disparités entre les Belges.

La réalité, c’est que les gros « consommateurs de planètes »  ne se trouvent pas en Europe.

Si tous les Terriens vivaient aussi somptueusement que les habitants de l’émirat du Qatar, il faudrait près de 9 planètes pour les maintenir en vie !

Pourquoi n’entend-on jamais les eurocrates s’insurger contre l’énorme pollution et les gigantesques gaspillages du Qatar ? Parce que le Qatar dispose de fortunes colossales, qui lui permettent d’acheter notamment les consciences des parlementaires européens.

Et le silence des Ecolos, au passage. Vous souvenez-vous que les films de Yann Arthus-Bertrand ont été financés par le Qatar ? Bulle part dans ces films cet émirat n’était pointé du doit, alors qu’avec ses futurs stades de football rafraîchis à coups de CO2, il est le pays le plus polluant au monde.

L’Europe affiche des indignations très sélectives. La distinction entre « s’indigner » et « ne pas s’indigner » n’est qu’une question de bakchichs. 

W.P.

 

 

Commentaires