Print Friendly, PDF & Email

Les médias autoproclamé « de qualité », comme Le Soir ou la RTBF, mentent comme de vulgaires feuilles de choux nazies. Ainsi, des manifestations contre l’insécurité importée par certains « migrants » et « réfugiés » ont été présentées comme inspirés par des sentiments « d’extrême droite » – laissant entendre qu’il s’agissait de « néo-nazis ». Mensonge !

En réalité, les habitants de cette ville de 250.000 âmes, située à l’ouest de la Saxe, exprimaient leur colère face à la violence des « migrants », notamment depuis la mort d’un Allemand de 35 ans, tué à coups de couteau par deux « migrants » rien et irakien.

La manifestation ne présentait aucun aspect raciste. Les habitants de Chemnitz craignent tout simplement pour leur vie, face à des « migrants » agressifs qui se sentent protégés par une justice laxiste et une politique d’aveuglement face à l’émigration, défendue par la chancelière Merkel.

Les marcheurs exhibaient les photos des victimes d’agressions voire d’assassinats par des « migrants » d’origine principalement syrienne et irakienne.

Chemnitz faisait partie de la République Démocratique Allemande (RDA) et s’est appelée alors Karl-Marx-Stadt. Elle a connu un régime communiste sévère. Lors de la réunification de l’Allemagne (1990), la ville et sa région ont été touchées par une crise matérielle et humaine sans précédent. Le passage de l’économie communiste au libéralisme ne s’est pas bien passé.

Le taux de chômage se situe au-dessus du taux moyen allemand (5,3 %) et les emplois sont considérés comme sous-payés, pour 22,5 % d’entre eux. Autrefois, Chemnitz était considérée comme la « Manchester saxonne », tant l’industrialisation y avait progressé à grands pas. Mais ces industries ont vieilli et n’ont pas évolué sous le régime communiste. Les conséquences s’en font sentir aujourd’hui.

C’est dans ce climat socio-économique qu’il faut replacer les manifestations de cette fin de mois d’août 2018, et non au travers des miroirs déformants d’un quelconque racisme. Que la gauche allemande ait cru bon de se ruer dans l’explication « raciste » n’étonnera personne. Et que nos méfias subventionnés n’aient retenu que cette fausse justification reste bien dans la ligne des fake news dont Le Soir and Co sont coutumiers.

Le racisme, le vrai, celui qui dénigre les populations européennes, est bien du côté de la gauche.

C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de reprendre un reportage sur la vérité de la manifestation d’une population exaspérée par les mensonges qui ont fleuri à son propos. 

D.K.

 

 

Commentaires