Print Friendly, PDF & Email

L’agitation autour du climat mobilise les enfants. C’est le résultat d’un endoctrinement dès leurs premières années à l’école. Mais les années passées nous enseignent, à nous parents, que cette fanatisation débouche inévitablement sur des drames. 

Nos grands parents ont vécu semblable situation. Ce furent les jeunesses soviétiques, en Russie ; les jeunesses hitlériennes, en Allemagne. L’une et l’autre (on y joindra les jeunesses fascistes, en Italie) finirent en chair à canon.


Chaque fois, la tactique est la même. Une théorie est lancée, présentée sous les couleurs de la vertu suprême. Les manipulateurs des jeunes âmes leur inventent un ennemi : « capitalistes » pour les enfants soviétiques, Juifs, pour les hitlériens.

Le tout se trouve emballé dans le rejet de l’autorité – les profs doivent se soumettre aux diktats enfoncés dans la tête de leurs élèves, sans quoi ils se verront accusés de négationnisme, de fascisme, de complotisme, etc. De la même manière, les parents subissent la contestation, leur autorité niée. Le prétexte ? Les adultes se « seraient trompés » dans les années passées. La vérité appartient à la jeunesse.

On ne peut pas dire que cet endoctrinement a débouché sur un « avenir radieux » : tant en Russie qu’en Allemagne…

L’Histoire se répète


Une fois les crânes bien bourrés de mensonges, il faut passer à l’éradication des « ennemis ». C’est ce que propose, en 2019, un individu qui écrit :

Dans leur combat pour la planète, ils (les marcheurs pour le climat – ndlr) portent aussi en eux, certes en filigrane – espérons-le de manière momentanée – la solution d’un monde meilleur où les inégalités sociales et ethniques, les injustices fiscales et redistributives, le racisme et le fascisme seront des maux ayant été mis hors d’état de nuire.

En quelques lignes, tout est dit ! Les marcheurs « pour le climat » apportent la solution pour « un monde meilleur« . Et les contestataires, renommés « racistes » (tiens, le climat est une race ?) ou « fascistes » (pour ce mariole, on devient fasciste dès que l’on remarque qu’il ne pleut pas si le soleil brille dans un ciel bleu ). Il convient donc de mettre « hors d’état de nuire », ces affreux qui ne partagent pas l’avis des scribouillards qui ignorent tout de la climatologie.

S’en débarrasser, mais comment ? En les entassant dans des camps de concentration (version hitlérienne) ou des rééducation (version communiste) ? Ou, plus radicalement, dans des chambres à gaz ?


Et tout cela est publié sans la moindre modération sur lesoir.be. On peut lire l’intégralité de ce texte obscène et nauséabond en cliquant ici. Il est signé par un personnage présenté comme « enseignant en communication », par ailleurs déjà condamné pour délit de presse (lesoir.be oublie de le préciser).

Voilà le genre d’individu qui traîne dans les classes, diffusant aussi bien des théories invérifiables (le réchauffement climatique est contesté par un tiers de la communauté scientifique, tandis qu’un autre tiers refuse de se prononcer pour ou contre) que de la haine pour ceux et celles qui refusent la dictature de la pensée unique.

Les parents sont-ils mis au courant de ces faits ?

Trois exemples tragiques d’endoctrinement des enfants

Outre les hystéries hitlériennes et soviétique, l’Histoire nous rappelle une tragédie d’enfants endoctrinés. Il s’agit de ce que l’on a appelé « la croisade des enfants » et les deux « croisades des pastoureaux » (nos deux illustrations sont extraites du téléfilm « La Croisade des Enfants », de Serge Moati).

La première « croisade des enfants« , lancée en 1212 par des prêtres fanatiques, qui envoyèrent des enfants français et allemands… « libérer Jérusalem » qui avait été reprise aux Croisés par l’arabe Saladin. Les enfants connurent une fin atroce – il semblerait même que certains d’entre eux furent vendus en esclavage.

Quarante ans plus tard, en 1251, rebelote. Des enfants sont endoctrinés pour la cause du « tombeau du Christ ». Même drame qu’en 1212. Mais cela ne suffit : au siècle suivant, en 1320, une nouvelle « croisade des pastoureaux » s’ébranle et finit par être réprimée par… ses commanditaires, l’Eglise et la noblesse.

On ne saurait trop mettre en garde les parents face à l’endoctrinement de leurs enfants, par la presse, les agences de communication (l’agence Grey, en l’occurrence), les enseignants et les adeptes du complotisme, comme l’auteur du texte publié par lesoir.be. Nous voilà prévenus… 

F.M.

 

Commentaires