Print Friendly, PDF & Email

Pour ce premier roman et malgré son titre, l’ouvrage bien enlevé d’Eric Cusas ne traite pas vraiment de chrétienté mais plutôt de l’invasion de l’Europe par l’Islam, sur le mode détourné de la fable ou du conte philosophique de Voltaire.

 Dans son roman où le héros, chevalier de retour de croisade dialogue avec un rat un peu bavard ou un chat transgenre, Eric Cusas joue sur plusieurs registres : satirique, polémique, pathétique pour aborder une série de questions emblématiques de notre siècle « post-Lumières » : religion, politique, tolérance, migration, injustice…

Ce conte philosophique inclassable nous apprend que rien n’est jamais nouveau sous le soleil et que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Vous y rencontrerez ce chevalier, de retour de la croisade, dont le meilleur ami est un rat un peu bavard, une princesse orientale très lascive, le Vieux de la Montagne et sa secte d’Assassins mangeurs de haschisch , un génie transgenre, le chat Béhémoth bien avant qu’il ne visite la Russie avec le Diable et, dans le dernier chapitre, Jean-François Mignon, ministre de l’Intégration heureuse et promoteur du programme « Gentillesse pour Tous ».

 Et si la mode des attentats-suicide était née en Perse et en Syrie au Moyen Âge ? Et si cette folie meurtrière constituait simplement la répétition d’un plan d’invasion, dont les siècles passés furent les témoins muets et dont on a perdu toute trace ?

Une réflexion passionnante, décalée et tellement contemporaine.

C.T.

Commentaires