Print Friendly, PDF & Email

C’est un énorme pavé de 32 pages que l’Inspection des Finances a jeté dans les eaux calmes de l’Eau d’Heure. A peine arrivé, le nouveau directeur, Lionel Bonjean (MR), doit gérer les conséquences des dérives commises sous son prédécesseur, François Devillers (PS).

Débarqué en février 2018, le socialiste devra tout de même expliquer certaines choses pointées du doigt par l’Inspection. Alertés, nos confrères de Supresse ont relevé des rémunérations qui laissent rêveur. Pour remplir les fonctions dans l’asbl, pas d’appel à candidatures, aucun procès-verbal d’un jury d’examen.

Et comme nous sommes dans un bastion socialiste, les frais de bouche laissent à penser qu’au prix où il a été remboursé, chaque repas des directeurs aurait pu nourrir une colonie de vacances en plein mois d’août. Ce qui se traduit dans le rapport par la formule : des frais de bouche « aux montants parfois fort élevés ». Et tout ça dans une asbl de l’Eau d’Heure qui est déficitaire !

Et dire qu’asbl signifie « association sans but lucratif ». Ce qui n’empêche pas les directeurs d’avoir un appétit d’ogres et de l’arroser aux frais du contribuable !

Commentaires