Print Friendly, PDF & Email

Malgré le boycott des médias et les fake news que ces derniers se sont acharnés à diffuser ; malgré les campagnes diffamatoires lancées par les laquais de la gauche, le PARTI POPULAIRE progresse sensiblement : 11 sièges de conseillers communaux (venant de 2, en 2012), deuxième parti à Dison – les avancées du PP sont remarquables. Elles laissent bien augurer des résultats aux élections fédérales, régionales et européennes, en mai 2019.

Dans les prochains jours, tout sera entrepris par les médias subsidiés pour minimiser les succès du PARTI POPULAIRE. Ils tenteront certainement de salir la réputation de membres du parti.

Mais les médias ont raté leur coup : ils voulaient le PP à terre – il redresse la tête et s’affirme, plus que jamais, comme LE parti bien décidé à éradiquer le système mafieux que font régner les partis traditionnels et leurs nouveaux alliés, Ecolo et le PTB

Souvenez-vous en, le moment venu : le PTB/PS précipitera les finances des ménages dans le rouge et Ecolo plongera leur électricité dans le noir.

Ces mêmes médias serviles ont raté leur coup une deuxième fois. Ils avaient leurs chouchous, tel le multi-mandataire Olivier Maingain et son DéFI. Le jour avant les élections, la presse subsidiée posait encore et gravement la question : « Olivier Maingain va-t-il réussir son pari fou ?« . Eh bien, non, c’est plié.

Une Flandre à droite (De Wever, triomphe à Anvers, De Decker obtient 48 % à Middelkerke) ; Bruxelles, territoire perdu pour la démocratie et gagné par l’islamisme ; un recul général et sensible du PS en Wallonie (qui maintient des positions, grâce au clientélisme), Bérézina du MR, appelé à disparaître ; descente aux enfers du cdh. Par leur incompétence, les partis traditionnels ont signé la fin d’une Belgique paisible. 

Les citoyens l’ont compris : DéFI ne sera jamais le « parti de la différence ». Il restera le croupion du PS, tout aussi attaché que ce dernier aux privilèges des politiciens de la « démocratie », version PS. DéFI ne perce pas en Wallonie et perd des plumes dans ce qu’il croyait sa chasse gardée : la région bruxelloise. Et tout cela, en dépit d’une surexposition par les médias de ce parti d’opérette.

Voici le Top 8 des résultats obtenus par le PARTI POPULAIRE en Wallonie.

Dison : 12,63 %, ce qui donne 3 sièges et fait du PP le deuxième parti à Dison.

Verviers : 6,99 %, ce qui donne 2 sièges – un de plus qu’en 2012.

Herstal : 5,18 %, qui donne 1 siège, avec un résultat supérieur à DéFI.

Fléron : 6,45 %, ce qui donne 1 siège, dans une commune où le PP se présentait pour la première fois ! Il s’en est fallu de peu qu’il ne décroche un second siège…

Pont-à-Celles : 6,94 %, en hausse de 1,79 %, ce qui donne 1 siège

Charleroi : 4,54 %, ce qui vaut 1 siège au PP  se présentant pour la première fois dans ce panier à crabes rouges.

Pont-à-Celles : 6,94 %, en hausse de 1,79 %, ce qui donne 1 siège.

Mouscron : 4,97 %, ce qui donne 1 siège. Remarquable pour une première expérience électorale.

Ce ne sont pas les seuls ! Citons encore :

En Brabant wallon, les listes de Braine l’Alleud, Court Saint-Etienne, Genappe, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Tubize, Villers-la-Ville et Wavre se présentaient pour la première fois. Elles ont remporté de beaux scores, variant de 2,43 à 4,09 %. Ces résultats peuvent paraître modestes, mais ils marquent la présence du PP dans des communes où il ne s’était jamais présenté.

Même remarque pour Bruxelles-Capitale : Auderghem, Evere, Watermael-Boitsfort, entre 2,19 et 3,66 % des voix, c’est inespéré dans une région qui sombre dans l’islamisme vert et rouge…

En province de Luxembourg, les petits nouveaux du PP font plus que bonne figure : Bastogne (1,54 %), malgré un débat politique faussé par la « bagarre » des frères Lutgen) et Saint-Hubert (2,27 %), malgré une campagne odieuse contre la tête de liste, fils de résistant.

La province de Namur devra tenir compte des nouveaux venus du PP : La Bruyère, Namur et Sambreville.

Certains résultats interpellent, car ils sont bons tout en ne rapportant pas de sièges : Frameries (4,98 %), Lessines (4,41 %), Saint-Ghislain (4,09 %), Grâce-Hollogne (4,57 %), Oreye (5,02 %), Saint-Nicolas (5,41 %), Theux (5,32 %), Trois-Ponts (4,58 %), Trooz (7,72 %), Wanze (6,15 %), Waremme (4,15 %). Ces anomalies sont dues au système électoral baroque de la Wallonie, appliquant un système désuet dénommé « clé Impériali », mais aussi au parasitage des voix par La Droite, groupuscule dirigé par l’escroc condamné, Aldo-Michel Mungo. Cette manigance, orchestrée par l’establishment, a coûté entre 1 et 2 % aux candidats du PP. Point positif : La Droite n’obtient aucun siège, et n’en obtiendra sans doute jamais. Point négatif : La Droite a réussi sa sale besogne, la seule qui l’inspire : freiner le PARTI POPULAIRE.

Au total, les candidats et ls membres du PARTI POPULAIRE ont accompli des résultats plus que respectables. Ils ont su résister à toutes les intimidations, coups, menaces de mort, lancés par les vrais fascistes autoproclamés « défenseurs de la démocratie ». Ces derniers n’ont pas hésité à recourir à des méthodes fascistes contre un parti qui les gêne et désormais leur fait peur.

Bravo, les candidats ! Bravo, les 4.500 membres ! Et merci aux milliers d’électeurs qui ont choisi le retour au bon sens !

A.D.

 

Commentaires