Print Friendly

Le PTB à 18%, voire premier parti de Wallonie selon le sondage INSOP? A quoi est donc due la résistible montée du PTB en Wallonie et à Bruxelles? Bien sûr, il y a le sourire charmeur de Raoul Hedebouw et sa fausse naïveté qui font des merveilles: « faisons payer les riches! » Sans Raoul, le PTB vivoterait ou déclinerait comme en Flandre. Les autres élus du parti sont incapables d’aligner 3 phrases correctes…

Raoul Hedebouw, entouré de deux "journalistes" RTBF "canal historique de la connerie gauchiste", à gauche le très sommaire Josy Dubié et à droite l" thuriféraire maladif de Mitterand, Hugues Lepaige
Raoul Hedebouw, entouré de deux « journalistes canal historique gauchiste » de la RTBF; à gauche le très sommaire et brutal Josy Dubié et à droite le thuriféraire maladif de Mitterand, Hugues Lepaige. Les bourgeois bobo et le révolutionnaire: attendrissant!

Mais il y a quand même d’autres signes: le premier mai pour chanter l’Internationale, le public de la fête du PTB à Liège était jeune et dynamique. Au PS, c’était le rassemblement des corrompus et des vieux alcooliques !

En tout cas, comme le souligne le site très intéressant « PTB expliqué », cette montée du PTB pose un problème sérieux à la démocratie belge… et au Parti Socialiste. Le PS est tétanisé, incapable de trouver la réponse adéquate.Tantôt, il traite le PTB de parti « yaka », tantôt il se jette dans ses bras, comme dans la grande comédie du CETA, organisée par Super-Magnette.

Elio Di Rupo leur a même proposé de participer au pouvoir à Mons, après avoir évacué Jean-Mobile Bouchez (MR) de son poste d’échevin… Peine perdue: Raoul ne veut pas le pouvoir, « pas avant 15 ans ». La « gauche radicale » qu’il construit (et pas l’extrême gauche, dit-il) « veut construire un rapport de force avec les forces politiques qui acceptent de sortir du champ de l’austérité européenne. La stratégie est importante et prendra du temps ».

Soilidarité internationale du PTB avec Chavez, Castro et Kim Jong Il...
Soilidarité internationale du PTB,… avec Chavez, Castro et Kim Jong Il.

Mais ce que le site « ptb expliqué » montre aussi avec force détail, c’est que le PTB a un double discours parfaitement puant. D’une part, Raoul rend le PTB sympathique au brave public wallon en parlant de son socialisme 2.0 (Le PS serait le 1.0), mais d’autre part, les cadres du parti restent très impliqués dans les internationales marxistes-léninistes et continuent de fréquenter assidument les pires dictatures; du Vénézuela de l’après-Chavez, à la Corée du Nord, en passant par la dictature cubaine des Castro….

Comme l’explique très bien le site « le ptb expliqué’, le PTB prône la lutte des classes et aspire à « dépasser » notre mode de fonctionnement démocratique « bourgeois » en instaurant la dictature du prolétariat. Ce n’est pas écrit explicitement dans son programme, mais c’est le cœur idéologique du socialisme 0.0; le stalinisme dans toute son abjection. Cette vision de la société n’est pas démocrate par essence.

Dans une interview récente donnée à la Libre Belgique, le politologue Pascal Delwit (lire son livre « PTB: nouvelle gauche, vieille recette« ) rapporte avoir demandé à Raoul Hedebouw et Peter Mertens si le PTB rendrait le pouvoir en fin de législature dans l’hypothèse où il obtiendrait une majorité absolue :

« C’est une question que j’ai posée à Mertens et Hedebouw. Ils étaient embêtés parce que s’ils disaient oui, c’était une forme d’acceptation totale de la démocratie représentative qu’ils considèrent comme un système bourgeois. S’ils disaient non, ce ne serait évidemment pas acceptable. Ils répondent donc qu’ils n’auront jamais de majorité absolue afin d’évacuer la question. » — Pascal Delwit, La Libre Belgique, 15 octobre 2016.

Un parti qui n’est pas capable de répondre sans circonlocution à une question aussi simple et aussi importante n’est pas un parti démocrate.

Les références du PTB: des centaines de millions de morts...
Les références du PTB: des centaines de millions de morts…

Le PTB n’a jamais abandonné la guidance idéologique de Staline, Mao et Kim Il-sung. Mais lui appliquer un cordon sanitaire comme le proposent brillamment le philosophe Drieu Godefridi (Le Vif L’Express), et beaucoup moins intelligemment Denis-Fils-de-Ducarme (MR), n’est pas applicable.

Raoul Hedebouw est la coqueluche de la presse belge de gauche (pléonasme vicieux) et en Belgique francophone, seul le Parti Populaire de Mischael Modrikamen est strictement privé d’accès à la presse. Accusé d’être « l’extrême droite », Mischael Modrikamen a lancé son journal en ligne, www.lepeuple.be, qui augmente régulièrement son lectorat et dont la moyenne du nombre de lecteurs par article est équivalent au lectorat des articles de La Libre.

Le seul parti qui subit la loi du silence médiatique est le Parti Populaire de Mischael Modrikamen
Le seul parti qui subit la loi du silence médiatique est le Parti Populaire de Mischael Modrikamen

Alors, une alliance PTB – PS – Ecolo pour gouverner la petite république de Walbanie demain? Ce n’est en tout cas pas pour tout de suite. Cela n’intéresse pas Raoul. La région est donc mûre pour une alliance MR-PS qui est déjà en train de se préparer discrètement, dans les conversations qui rassemblent les équipes de Paul Magnette (PS) et d’Olivier Chastel (MR)… La Wallonie est mal partie.

L.R. 

 

 

Commentaires