Print Friendly, PDF & Email

Dans le numéro du jeudi 8 mars, nos confrères du Vif, David Leloup et Thierry Denoël, révélaient qu’une dizaine des 16 milliards d’avoirs libyens, gelés chez Euroclear Bank avaient disparu, entre 2013 et 2017. Ce gel est intervenu sur injonction de l’ONU. Le ministère des Affaires étrangères (Didier Reynders, MR) était tenu responsable de l’application stricte de cette décision et le ministère des Finances était seul habilité à accorder un dégel des avoirs en banque – une faveur qu’il prétend n’avoir jamais attribuée. Un nouveau micmac à la belge ?

Les 16 milliards d’euros bloqués ne pouvaient pas tomber, selon l’ONU, entre les mains de la famille de Khadafi (assassiné en 2011) et de ses fidèles. L’Onu déciderait du dégel de ces avoirs qu’au cas où la Libye serait redevenue un pays en paix – ce qui n’est pas encore le cas, puisqu’il est déchiré en au moins deux courants irréconciliables…

Au 29 novembre 2013, les 4 comptes libyens, ouverts par des Libyens chez Euroclear Bank,

affichaient un total de 16.182.582.814,1 euros. Or, selon le Parquet de Bruxelles, il restait moins de 5 milliards sur ces comptes, fin 2017.

Aussitôt, les suppositions les plus folles se mirent à circuler. Que sont devenus les 11 milliards ? Comment ont-ils pu sortir de la banque ? A qui cette « disparition » de 11 milliards a-t-elle profité ? Cet argent a-t-il servi à renflouer les caisses de l’Etat Islamique ? A-t-il financé des opérations terroristes en Europe ? Ou, peut-être, des campagnes électorales en Belgique ?

IL RESTE TOUJOURS 2 MILLIARDS QUI ONT DISPARU DANS LA NATURE…

L’opposition socialiste salivait déjà : le député Stéphane Crusnière (PS) évoquait une « affaire de gouvernement » et, sur sa lancée, se lamentait sur la possible dégradation de l’image de la Belgique à l’étranger et sur d’éventuelles sanctions appliquées par l’ONU et l’Union Européenne pour non respect du gel des fonds libyens.

En moins de 24 heures, Didier Reynders annonçait que nous avions assisté à une tempête dans un verre d’eau. Il basait ses affirmations sur une déclaration du ministère des Finances, assurant que 14 milliards libyens étaient toujours gelés à la banque Euroclear. Cela semblait clore le débat.

Reste que le gouvernement parle de 14 milliards, alors que le relevé de comptes de la banque, en date du 29 novembre 2013, stipulait bien une valeur portefeuille titres de 14.212.569.466,18 euros et une valeur compte courant de 1.970.013.346,01 euros, soit un total de 16.182.582.814,1 euros pour les 4 comptes en question. Cela donne une différence de plus de 2 milliards.

Que sont-ils devenus ? Selon des experts financiers, il ne peut s’agir d’une dépréciation des sommes mises en banque. Entre 2013 et 2017, il faudrait parler, au contraire, d’appréciation, si l’on considère l’évolution des marchés !

La Belgique a-t-elle failli à ses obligations de gardienne des comptes gelés ? Qui savait ? Qui n’a pas bougé ou alerté les personnes et autorités compétentes ?

NOUS NE CONNAÎTRONS JAMAIS LE FIN MOT DE CETTE AFFAIRE : TOUS LES PARTIS TRADITIONNELS SONT IMPLIQUéS ! 

Nous risquons de n’avoir jamais une réponse claire. Et pour cause : en 2013, le gouvernement en affaires courantes était composé (côté francophone) du PS, du MR et du CDH. En 2017, place au MR. Tous les partis traditionnels sont impliqués. Nous assisterons donc à un ballet de parapluies largement ouverts, des prises de bec sans intérêt, d’accusations sans fondement – le cirque habituel.

Et il y aura encore des fake news, de fausses « révélations » opportunément distillées par des magistrats pas si indépendants que ça des partis politiques, notamment dans l’opposition actuelle.

A cet égard, le PARTI POPULAIRE sera le moteur de la fin du système des castes politiciennes qui favorisent les dynasties en place, empêchent tout renouvellement de la classe politique et gouvernent au jour le jour, multipliant les emplâtres sur une jambe de bois, sans penser au bien et à l’avenir des citoyens.

Le changement s’amorcera dès les élections communales !

A.D.

Commentaires