Print Friendly, PDF & Email

Après les menaces surréalistes de la Corée du Nord, détaillant la manière dont ils allaient pour commencer, s’intéresser à l’île de Guam, base importante des Etats-Unis dans le Pacifique, voici la réponse de Donald Trump, qui estimait que sa « mise en demeure » à Kim n’avait pas été assez claire (il avait promis « fire and fury », en d’autres mots « tous les feux du ciel ») : Trump annonce lui-même sur Twitter que les options militaires sont « en place » et « prêtes à l’emploi »

Le président Trump serait prêt à carboniser la Corée du Nord, mais la seule voie de sortie est la diplomatie

Le président Trump , en annonçant sur Twitter que les options militaires contre la Corée du Nord sont en place et prêtes à l’emploi, joue avec le feu (nucléaire). Le maître populiste de la Maison blanche est bien capable, entre deux trous de golf, de déclencher une nouvelle guerre via Twitter pour se faire plaisir. Le monde est à deux doigts d’une nouvelle crise guerrière mondiale du style des missiles soviétiques à Cuba. Avec la nuance que les deux leaders qui ont la possibilité de pousser sur le bouton rouge sont – disons – de grands impulsifs particulièrement dangereux. Kennedy et Kroutchev savaient eux jusqu’où ne pas aller trop loin.

Le populiste Trump est coincé : Kim Jong-un a annoncé le tir prochain de quatre missiles intercontinentaux dans les eaux internationales de Guam. Traduction par la presse US et européenne : La Corée du Nord va frapper Guam, ce qui n’est pas conforme à la vérité.

Kim n’est pas apprécié par Pékin, mais il joue de main de maître, sa partie face à Donald Trump

Kim Jong-un en a les moyens : le lanceur est opérationnel : il a été testé avec succès les 14 mai, 4 juillet et 28 juillet derniers.  Ces missiles ne seront pas munis de têtes militaires et le point d’impact sera hors de la zone territoriale US autour de Guam. Ce genre de tir n’est pas interdit par les conventions internationales: Trump le fait bien avec ses Minuteman sans demander l’autorisation de quiconque.

Trump, par ses déclarations matamoresques, entre dans le jeu du dictateur coréen en se sentant maintenant obligé de riposter militairement, sachant que Kim Jong-un ne fera pas marche arrière. Problème: Le système US anti-missiles basé en Corée du Sud n’aura que 17 minutes pour intercepter une salve nord-coréenne de quatre missiles Hwasong 12 ou 14.

Et encore … la trajectoire de ces missiles passe au-dessus du Japon et il serait désastreux que les débris des ICBM tombent sur l’Empire du Soleil Levant ou sur la Corée du Sud, avec les dommages collatéraux que cela pourrait entraîner.  Guam dispose également d’un système anti-missiles et pourrait intercepter le ou les missiles non détruits au départ de la Corée du Nord.

Encore faudrait-il que le taux de réussite soit de 100%, ce qui n’est pas assuré: il faut un coup au but sur une cible qui se propulse à vitesse supersonique. Il suffirait d’un seul missile nord-coréen non intercepté pour que Trump et les USA soient ridiculisés par le dictateur Kim Jong-un.

L’option vitrification préventive de la Corée du Nord n’en est pas une, en raison des retombées radioactives qui empoisonneraient la Corée du Sud et le voisin chinois. Casus belli assuré… avec la Chine cette fois.

De plus, les Nord-Coréens disposent de suffisamment de pièces d’artillerie et de missiles tactiques armés de charges explosives et chimiques que pour résister à une première frappe et mettre gravement à mal la Corée du Sud et sa capitale Séoul, à portée de canon (!) du Nord.

L’unique solution passe par un règlement diplomatique par Chine et Russie interposées et non par l’échange d’invectives via Twitter et par le concours de celui qui fera pipi le plus loin. Trump est incontrôlable et s’est entouré de suffisamment de faucons que pour ouvrir une boîte de Pandore dévastatrice.

Neutraliser une base syrienne à coups de missiles de croisière est une chose. Neutraliser la Corée du Nord par voie militaire et en jouant au poker menteur en est une autre. Pendant ce temps, les Iraniens, les Indiens et Pakistanais qui disposent des lanceurs ad hoc sourient sous cape, en attendant que Trump et les USA perdent la face …

P.H.

Analyse du Washington Post:

https://www.washingtonpost.com/news/post-politics/wp/2017/08/11/military-is-locked-and-loaded-trump-says-in-latest-warning-to-north-korea/?hpid=hp_hp-top-table-main_trump-810a-1%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.86c7ce0f4132

https://www.washingtonpost.com/graphics/2017/world/north-korea-launch/?utm_term=.4b8847257f86

 

Commentaires