Print Friendly, PDF & Email

C’est du plus haut comique ! Les avocats des voleurs qui dirigent Nethys, la filiale privatisée de Publifin, attaquent les principaux commissaires du parlement wallon qui ont mis sur le grill Stéphane Moreau et André Gilles, tous deux ex-manitous du PS liégeois. Pour les deux compères et leurs seconds couteaux, c’est un contre-feu, destiné à ancrer leurs positions et les rendre inamovibles à la tête de Nethys et des autres sociétés créées par les mêmes poids lourds de la politique liégeoise, qu’ils soient avant tout du PS, ou du MR et du CDH.

Jean-Luc Crcke s’étranglait de colère lorsqu’il a appris l’action de Nethys contre lui-même et les autres commissaires « dominants ». On espère qu’il ira jusqu’au bout, le taurillon Jean-Luc!

Jean-Luc Crucke (MR), Dimitry Fourny (CDH), Olga Zrihen (PS), Patrick Prévot (PS) et Stéphane Harzée (Ecolo), tous commissaires au sein de la commission d’enquête Publifin, sont assignés en justice pour avoir « violé les droits fondamentaux de la défense ». Les avocats de la SA Nethys avaient prévenu la commission d’enquête Publifin à trois reprises. Cette fois, ils passent à la vitesse supérieure.

Nethys SA est la société « opérationnelle », filiale du groupe Publifin, privatisée par Moreau et Gilles pour leur permettre de gérer l’argent public détourné à leur guise, et se payer des salaires mirobolants, même pas en tant que salariés, mais en se payant en tant qu’indépendants dans l’opacité la plus complète, puisque la tutelle de Publifin ne parvient plus à s’exercer.

Les commissaires principaux se concertent; ici le MR et Ecolo…

Les commissaires les plus en vue sont assignés devant le tribunal civil de Namur. C’est Sudpresse qui l’a révélé ce mercredi. Les corrompus (c’est le mot utilisé par le député wallon Jean-Claude Crucke) se plaignent « d’atteintes à leur honneur et à la présomption d’innocence, de partialité, d’auditions exclusivement à charge, de fuites dans la presse, etc. »

«On n’a jamais vu ça dans aucune autre commission d’enquête. Des commissaires allant jusqu’à réclamer la démission de témoins sur des plateaux télé alors que les auditions ne sont même pas terminées», commente l’un des avocats du cabinet Masset et Linklaters, qui défend Nethys.

La société confirme en outre avoir déposé plainte au pénal pour dénoncer les perquisitions ordonnées par la commission le 9 mars dernier au siège de Nethys SA, alors que des informations étaient parvenues aux députés faisant état de tentative de dissimulation de documents par les dirigeants du groupe, dont l’ex-président André Gilles et le CEO de Nethys Stéphane Moreau, ce que ces derniers ont bien sûr réfuté.

André Gilles, Stéphane Moreau et leur ministre de tutelle Paul Furlan: les socialistes sont les fossoyeurs de la Wallonie. C’est le parti des corrompus et des profiteurs, sans le moindre doute!

Chacun des commissaires incriminés ont déclaré qu’ils ne se laisseraient pas intimider. On l’espère parce qu’il est grand temps de nettoyer les écuries d’Augias liégeoises. Le Parti Socialiste a exclu leurs créatures du parti et se lavent les mains du système qu’ils ont mis en place. C’est ça qui est scandaleux ! On n’entend plus Magnette ou Di Rupo, qui en a marre depuis tellement d’années des « profiteurs » !

Le Parti Populaire a pris position en portant plainte contre les partis politiques, les créateurs du système qui a tué notre démocratie. Ce sont les partis traditionnels et leur organisation mafieuse qui récupèrent leur part sur l’argent « gagné » par les administrateurs de toutes ces intercommunales et organismes divers, de tous ces machins politisés qui étranglent la Wallonie ! La plainte « mains propres » du Parti Populaire est toujours à l’étude au parquet de Charleroi. De plus les partis PS, CDH et Écolo ont VOTÉ le découplage de Nethys et Publifin, et la possibilité de créer des filiales PRIVATISÉES d’intercommunales ; ils l’ont fait en toute connaissance de cause, en taillant le costume de Stéphane Moreau sur mesure. C’est une honte !

En ce qui concerne l’affaire Publifin qui devrait en fait s’appeler l’affaire Nethys SA, il faut d’urgence légiférer au parlement wallon, pour reprendre le pouvoir sur Nethys, « par motion d’ordre » en quelque sorte. C’est la première chose à faire, d’urgence. Nethys doit être dissoute ou liquidée et les participations récupérées par Publifin ou vendues aux sociétés privées qui seraient intéressées, après une évaluation indépendante et une enquête par réviseurs internationaux INDÉPENDANTS du PS (pas question de fonctionner avec les sociétés des camarades – Ndlr). Des poursuites doivent être engagées contre les dirigeants de Nethys SA si la moindre erreur de gestion est découverte.

L’affaire Nethys – Publifin montre l’état de déliquescence de la démocratie en Wallonie. Les trois partis traditionnels sont tous les 3 RESPONSABLES de cet état de fait. On ne peut qu’espérer que les électeurs s’en souviendront au moment d’aller aux urnes, pour la première fois en octobre 2018, dans un peu plus d’un an.

C.T.

Commentaires