Print Friendly

Vous voulez construire, acheter une maison ou transformer votre logement? Vous vous dites que vous avez le temps, les taux d’intérêt étant au plus bas… Et bien il faut vous réveiller! Le redémarrage des taux d’intérêt approche à grands pas…

L’économie européenne est plus qu’alanguie depuis la crise de 2008. Le continent flirte avec la déflation depuis des années. Les taux d’intérêt sont quasiment nuls. La croissance traîne aux alentours de 1% par an dans les pays les plus avancés; c’est normal vu le niveau de prélèvement fiscal insupportable de tous les pays européens et la faible croissance. La Belgique est au premier rang des mauvais élèves (voir article).

Le Brexit obtenu par Nigel Farage est une bénédiction pour l’économie britannique, en forte croissance

Mais la croissance repart: les secousses du monde ont eu des résultats favorables sur l’économie. L’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a donné des ailes à la bourse américaine et par contre-coup aux bourses européennes et japonaise. Le pétrole est remonté à près de 53 dollars, une hausse modérée qu’apprécie l’économie. En Europe, le Brexit a été un coup de booster pour l’économie britannique. La hausse due à ces éléments est digérée et les dangers de la politique mondiale viennent refroidir l’optimisme: l’attitude américaine sur la Corée du Nord ou la Syrie inquiètent.

Mais tous les prophètes de malheur et les menteurs de la presse officielle qui avaient promis l’effondrement si le Brexit devenait réalité, se sont trompés: la baisse de la devise britannique a donné un coup de pouce appuyé aux exportations et l’économie se porte très bien: le chômage décroît rapidement outre-Manche. La zone EURO reste la plus fragile, et nombreux sont les économistes qui prédisent la fin de l’EUR, mais pour l’instant, l’économie est mieux positionnée.

Et moi, et moi et moi?!

Votre investissement immobilier, c’est maintenant qu’il faut y penser sérieusement. Début janvier, BNP-Paribas-Fortis a augmenté le tarif de ses ‘crédits logement’ de 10 à 20 cents. L’emprunt à 15 ans vous coûte maintenant 3,05% et le coût à 20 ans, 3,20% avant ristournes éventuelles. Les formules à taux variables n’ont pas encore bougé, mais c’est normal, le préavis pour le banquier est très court et il peut augmenter ses taux rapidement. On prévoit un demi pour cent de hausse cette année, si l’inflation ne redémarre pas.

Tous les banquiers sont d’accord sur le fait que la tendance des taux d’intérêt hypothécaires est à la hausse. L’association professionnelle des courtiers de crédit (APCC) note une hausse des taux de 17% en l’espace de 4 mois (depuis décembre). C’est la même chose dans les pays voisins.

D’ailleurs, les candidats-acquéreurs semblent l’avoir compris. En ce premier trimestre de 2017, les notaires notent une hause de 2,93% des transactions par rapport au dernier trimestre de l’an passé. Selon les notaires, les prix sont stables, avec légère réduction des prix de vente des maisons à Bruxelles.

Le rendement des obligations linéaires de l’état (les OLO) se situe entre 0,75 et 2%. Ces taux n’indiquent donc pas d’envolée des taux d’intérêt dans la vie courante des Belges, mais attention: la pression de l’inflation pourrait se faire à nouveau sentir.

Et 1% de plus pour 100.000 EUR sur 20 ans, cela vous fait à peu près payer 450 EUR de plus par mois et un total de 16.000 EUR de plus pour votre crédit hypothécaire, assurance comprise. De là, l’intérêt de ne pas trop traîner sur l’année 2017.

L.R.

Commentaires