Print Friendly, PDF & Email

Le 6 juin 1944, à 5 heures du matin, débutait la plus grande opération de débarquement de l’Histoire. Le jour le plus long pour les soldats américains, anglais, canadiens, tous prêts à reconquérir l’Europe à la liberté. 10.500 jeunes hommes y laissèrent la vie.

Ils sont tombés pour notre liberté. Ils reposent dans des cimetières, loin de la ville, du quartier, du village d’où ils sont partis. Ils ont laissé des veuves, des mamans, des pères, des orphelins, des proches, des fiancées, des amis – ceux qui les aimaient et qu’ils aimaient. Ceux et celles qui aimaient les serrer dans leur bras pour leur dire combien ils comptaient pour eux, pour les consoler, les féliciter, leur ouvrir le chemin de la vie.

Ils sont morts pour éradiquer toutes les dictatures, tous les régimes assassins, toutes les idéologies qui ont l’injustice dans leur programme.

Ils nous ont offert une Europe sans guerre pendant plus de 70 ans – une longévité de paix, unique dans notre Histoire. Leur sacrifice a permis à la Belgique et à d’autres pays de connaître une prospérité extraordinaire, un développement de la classe moyenne comme cela ne s’était jamais passé dans l’histoire des civilisations. L’héritage qu’ils ont posé dans nos coeurs est celui de la paix, de la prospérité, de la cordialité, du don de soi, du courage et de la joie de vivre côte à côte.

Ne laissons pas se démanteler ce fabuleux héritage. C’est en souvenir de l’héroïsme de ces 10.500 jeunes vies fauchées que nous devons repousser toute barbarie, toute corruption des moeurs politiciennes, toute atteinte au bien-être général, celui de chaque être humain, de chaque jeune, de chaque senior, de chaque handicapé, de chaque victime de la vie qui peut se montrer parfois injuste.

Merci, soldats de la paix et de l’honneur. Votre héroïsme vous a valu de rester jeunes pour l’éternité. Et tellement grands dans le souvenir des générations que vous n’aurez pas connues.

D.K.

Commentaires