Print Friendly, PDF & Email

Pour les francophones belges qui en doutaient, les discours de DEFI et singulièrement d’Olivier Maingain (photo de tête) lors de leur pow pow ce dimanche 3 septembre à Bruxelles, l’asservissement du Front des Francophones 2.0 au Parti Socialiste est devenue évidente. Défi est un parti de gauche, un de plus en Francophonie, qui fait concurrence au PS, à Ecolo et au CDH pour les électeurs du centre-gauche que sont supposés être tous les Wallons et Bruxellois.

A voir les très sympathiques militants du FDF de Défi, ce sont bien de braves Bruxellois plutôt âgés, surtout de la périphérie de Bruxelles, dont l’idée fixe est de se battre contre le « carcan » des Flamands et leur volonté de dominer la Belgique.

Que dit le président à vie, Olivier Maingain (22 ans de pouvoir absolu au FDF – Défi) ? Qu’il faut arrêter Bart De Wever et la NVA, qui se préparent – le couteau entre les dents – à dépecer la Belgique… Participer au pouvoir avec le MR et le CDH serait une trahison des francophones. Il préfère donc se scotcher au PS, en plein virage à gauche.

Bernard Clerfayt, fils de papa, l’un des fondateurs du FDF: un autre super-cumulard

Et très cyniquement, son compère le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, encore un « fils de » incrusté au pouvoir au sein de Défi, se félicite que le parti se soit retrouvé tout l’été à la Une des journaux, avec la tête de Maingain disant non en permanence…

Cela devrait aider à faire apparaître Défi sur la carte électorale en Wallonie après leur cuisant échec total des dernières élections régionales et fédérales. Pour les Belges, Défi reste le FDF, parti des francophones de la périphérie bruxelloise. Comme Défi n’existe pas en Région wallonne, une entrée en Communauté française grâce aux camarades du PS l’arrangerait.

Maingain qui – ceci écrit – reste un très beau cumulard, député-bourgmestre. Contrairement à Magnette, qui a au moins le courage de faire ce qu’il recommande et n’est plus que bourgmestre de Charleroi, Maingain ne renoncera à son cumul qu’après les prochaines élections : un an de plus, c’est toujours ça de pris !

Fabian Maingain: bel exemple de « la démocratie héréditaire »

Que cherche Olivier Maingain en devenant le petit « animal de compagnie » d’Elio Di Rupo ? Avant tout probablement un deal aux communales sur Bruxelles et une place-clé pour son fils: Fabian Maingain, conseiller communal à la ville de Bruxelles. Le népotisme, on connait chez Défi. il y aurait des arrangements et des accords de cartel (discrets ou pas) entre le PS et Défi dans certaines communes et un front commun contre l’arrivée de la NVA dans l’équipe des décideurs flamands à Bruxelles. Aux régionales bruxelloises, il y aurait peut-être un grand cartel avec le PS.

L’ego de Maingain passe difficilement les portes : aucune alliance n’est donc possible avec les frères ennemis du MR et du CdH. Restent le PS et Ecolo. Mais Ecolo a lui-même des problèmes et est idéologiquement instable (trop extrême-gauche et trop pro-musulman pour l’électeur bruxellois). S’allier avec le PS est donc pour Olivier Maingain une question de survie politique.

Monsieur Maingain est un habile opportuniste qui ne se nourrit que des problèmes communautaires. Le revers de ses choix, c’est qu’aux prochaines élections, il risque d’être entraîné dans la chute du PS. Le MR et le CdH (pour autant que ces derniers survivent en tant que tels) n’oublieront pas le refus de Défi de présenter une alternative au socialisme corrompu.

C.T.

Commentaires