Print Friendly, PDF & Email

4.000 porcs euthanasiés « à titre préventif » : c’est tout ce qu’a imaginé le ministre fédéral en charge de l’Agriculture, Denis Ducarme (MR), pour « rassurer la population ». Résultat : 58 élevages sont mis en danger de cesser leurs activités.

« On voudrait tuer l’élevage en Wallonie qu’on ne s’y prendrait pas autrement que le ministre Ducarme. Je l’ai croisé une seule fois : il ne m’en pas fallu plus pour comprendre qu’il ne comprend rien aux problèmes de l’agriculture et de l’élevage en Wallonie« , nous confie un éleveur de la région d’Etalle. « En imposant la mise à mort de nos cochons, il jette la suspicion sur la qualité de nos produits. Et nos concurrents, en Europe, se frottent les mains : déjà, de nombreux pays interdisent la vente du porc belge sur leurs territoires. Ducarme et son administration sont tellement maladroits qu’ils font oublier que nous allons procéder à l’abattage de bêtes SAINES et non infectées ! C’est facile pour nos concurrents européens de faire croire que l’abattage est rendu nécessaire pour des porcs infectés… »

Mais des indemnités sont prévues par le Fonds Fédéral de la Santé Animale ?

« C’est un emplâtre sur une jambe de bois ! La crédibilité de nos élevages, voilà ce qui est en cause. Regagner la confiance de nos clients va prendre un temps fou. D’autant plus que la concurrence est vraiment féroce et que les gouvernements (fédéral et wallon – ndlr) ne nous soutiennent guère, sauf par des discours qui sont rarement suivis d’effet… Souvenez-vous des sanctions contre la Russie. Les maraîchers belges n’ont plus pu exporter leurs poires vers le pays de Poutine. Aujourd’hui, les Russes ont pris des mesures internes : ils n’ont plus du tout besoin des poires belges. Un marché perdu pour nous. Définitivement. C’est ce qui attend nos élevages de porcs… »

Ce qui scandalise le plus nos agriculteurs, c’est que cette nouvelle crise de peste porcine africaine est un import des pays de l’Est. Des organisateurs de fiestas pour chasseurs d’opérette importent en masse des sangliers, prélevés dans les pays d’Europe de l’Est. Il s’agit de satisfaire les instincts pervers de millionnaires, qui sont à la chasse ce que le kebab est à la grande cuisine.

« Ducarme et Collin (René Collin, ministre wallon de l’Agriculture) ne prennent aucune mesure contre les vraies responsables de la catastrophe« , poursuit notre interlocuteur. « Ce sont leurs copains. Qu’est-ce qui dit que les ministres ne participent pas à ces chasses honteuses ? La chasse, nous ne sommes pas contre, mais que ce soit de la vraie chasse, pas de la boucherie de luxe ! »

Au moment d’écrire ces lignes, une quinzaine de sangliers infectés ont été identifiés en Gaume. Ils se trouvaient tous dans la zone de confinement.

Les soupçons de notre informateur, visant la concurrence européenne, se fondent aussi sur les déclarations de la porte-parole de la Commission européenne, Anca Paduraru : « Les autorités belges ont pris la bonne décision d’abattre les animaux sains dans la zone affectée, pour éviter que la maladie touche les élevages sains« .

Le soupçon est lancé : en parlant de « zone affectée » et des « élevages sains », la Roumaine  Paduraru pourrait inviter à conclure que les élevages gaumais ne sont pas sains, alors que la maladie a été importée depuis les pays de l’Est, notamment la Roumanie ! Ce pays a-t-il pris les mesures pour éradiquer la peste porcine africaine ? Et pourquoi la Commission européenne n’a-t-elle pas agi, alors qu’elle s’empresse de se réjouir de la décision de Ducarme (MR) ?

On risque donc de parler longtemps de l’euthanasie des porcs de Gaume, sacrifiés à l’incompétence ministérielle et à l’hystérie d’une Europe coupée de ses citoyens. Cela ne valait décidément pas le sacrifice d’éleveurs dont le travail fait l’admiration du monde entier. Sauf chez Ducarme, dirait-on… 

A.D.

 

 

Commentaires