Print Friendly, PDF & Email

Combien de fois n’entendons-nous pas qu’à Bruxelles il y a trop de voitures, qu’à cause de l’augmentation du trafic il y a de plus en plus de bouchons, que les automobilistes sont responsables des pics de pollution, voire même du réchauffement climatique !

Certes, comme toute activité humaine, la voiture contribue à ces nuisances. Mais contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, elle n’en est pas la principale cause, loin s’en faut !

Quelques vérités bonnes à savoir (nos sources sont citées et donc vérifiables) :

A propos des bouchons

  • Le nombre de voitures bruxelloises est quasi constant depuis le début des années 2000, avec en moyenne environ 500.000 véhicules (1) ;
  • Les Bruxellois roulent moins qu’avant, le nombre de km parcourus par les voitures dans notre région est revenu au même niveau qu’au début des années 2000 (2) ;
  • La population bruxelloise a augmenté de 16% sur la même période (3), mais pas le nombre de véhicules qui, lui, reste stable. Le nombre de véhicules par habitant a donc baissé.

Alors, pourquoi les embouteillages augmentent-ils de façon aussi spectaculaire ?

Parce que nos décideurs prennent des mesures CONTRE la circulation : réduire le nombre de places de stationnement en voirie, obliger les gens à tourner en rond, coincer les automobilistes sur un nombre réduit de bandes, surtout à l’endroit des feux, instaurer abusivement des sens uniques qui allongent les trajets, désynchroniser (ou ne pas synchroniser) les feux de circulation; en d’autres mots, entraver la circulation pour « dissuader », voilà les vrais responsables des embouteillages bruxellois !route avant aprèsEntraver la circulation, même en diminuant le nombre de voitures, a pour principal effet de rallonger les files et donc, les bouchons et donc, la pollution…

A propos du CO2 et de la pollution

  • A Bruxelles, les transports ne représentent que 19% des émissions de CO2, alors que le chauffage des bâtiments en est responsable à 69%, de loin la source la plus importante (4) ;
  • Le dernier rapport 2013 de CELINE (Cellule Interrégionale de l’Environnement) révèle que la qualité de l’air s’améliore depuis plus de 10 ans. On respire donc beaucoup plus propre aujourd’hui (5) ;
  • Bruxelles Environnement conclut elle-même que la part du trafic, dans les concentrations des particules fines mesurées, varie entre 7% (pour un environnement résidentiel) et 25% (pour un environnement urbain à proximité du trafic). Cela signifie que 75 à 93% de ces concentrations sont émis par d’autres sources que la voiture! (6)

Il n’y a, d’ailleurs, pas de corrélation entre l’augmentation du trafic en Belgique et la qualité de l’air. Le même rapport CELINE constate que globalement  » la qualité de l’air s’est significativement améliorée en Belgique au cours des dix dernières années « , alors que sur la même période, plus d’un million de véhicules supplémentaires ont été immatriculés dans le pays.

Stigmatiser systématiquement la voiture, en matière de bouchons et d’environnement, c’est à l’évidence se tromper de cible.

Il est donc temps de construire ensemble une nouvelle mobilité, efficace, réaliste, pour le bien commun et dans le respect de tous, y compris des quelque 500.000 Bruxellois-automobilistes.

Source : http://www.casuffit.brussels/desinformer-les-automobilistes-ca-suffit/

NDLR : Deux associations se battent pour la mobilité à Bruxelles : « ça suffit ! » et « Droit de Rouler et Parquer (DRP) ». Soutenez-les dans leur lutte contre les attaques des talibans anti-voiture !  

(1) DIV, Bureau du plan
(2) SPF Mobilité et Transports
(3) SPF Mobilité et Transports – DIV et SPF Économie – DGSIE – calculs IBSA
(4) IBGE – Les émissions de GES à Bruxelles
(5) irCELINE – Rapport annuel 2013 de la qualité de l’air en Belgique
(6) IBGE – Air 23

Commentaires