Print Friendly, PDF & Email

Bachar el-Assad est sans conteste l’ennemi public numéro 1 du moment dans quasi-toutes les chancelleries du monde occidental et les accusations (non prouvées à ce jour) d’utilisation d’armes chimiques contre la localité syrienne de Khan Cheikhoun, suivie d’une frappe US contre la base aérienne syrienne de Shayrat ont amplifié les critiques virulentes et la condamnation du leader syrien.

Les 200 victimes du gaz sarin à Khan Sheikhoun sont-elles dues au bombardement de l’aviation syrienne? Rien n’est sûr. Les victimes sont dans une zone tenue par les affidés d’Al Qaïda, qui ont déjà organisé des mises en scène du genre…

Le gouvernement Michel, mais aussi l’opposition, ne sont pas en retrait du « bashing » anti-Assad et personne n’a émis la nécessité de disposer des résultats d’une enquête indépendante sur la présumée attaque chimique avant de légitimer le raid US (par ailleurs illégal en vertu du droit international).

Bashar al Assad se défend bec et ongle: il n’a plus d’armes chimiques et n’a en aucun cas utilisé de telles armes à Khan Sheikhoun. La demande d’enquête des Occidentaux à l’ONU est inacceptable: elle condamne déjà le régime syrien avant même l’enquête! Poutine veut une commission d’enquête aussi, mais pas celle définie par l’administration américaine. A suivre…

Fait significatif: les pilotes de F-16 belges ont été accusés par un journaliste australien travaillant pour le Guardian, qui relaie des informations non contrôlées émanant de la « rébellion » syrienne », d’avoir provoqué la morts de 200 civils dont des enfants lors d’un raid de la coalition sur Mossoul (Irak).

Ecolo, Groen et le PS-SPa se sont fait un devoir de condamner nos aviateurs sans attendre les résultats de l’enquête. Le Pentagone a entretemps disculpé nos militaires, ajoutant que les dommages collatéraux de ce bombardement ont été causés par l’explosion d’un camion piégé d’explosifs par l’Etat islamique, atteint par la frappe aérienne.

Explication acceptée par les politiques occidentaux alors que dans l’affaire de Khan Cheikhoun, la thèse russo-syrienne du dépôt clandestin ou d’usine d’armes chimiques de l’Etat islamique (ou des rebelles), cause de la dispersion de sarin dans l’atmosphère a été rejetée sans discussion. Deux poids, deux mesures ?

Le Vice-Premier ministre Didier Reynders a rencontré en décembre 2012 le prince saoudien Nayef Al-Shalaan recherché par Interpol à la demande des Etats-Unis et condamné en 2007 à dix ans de prison en France pour trafic de cocaïne. L’argent saoudien n’a pas d’odeur

La diplomatie belge reconnaîtrait-elle de bons et mauvais dictateurs ? Il est vrai que les échanges commerciaux entre la Syrie et la Belgique sont quasi inexistants. Pas de vente d’armes, pas d’entreprises belges installées en Syrie, pas de marchés commerciaux mirobolants. La Syrie est 168ème dans le classement belge des exportations.Pire: la Belgique ne contrôle pas les activités de ses entreprises en Syrie et en Irak, notamment dans les territoires contrôlés par l’Etat islamique.

Didier rencontre l’Emir du Qatar, Son Altesse le Sheikh Ben Khalish Ezab Hamad Bin Khalifa Al-Thani.

Ce n’est pas le cas pour d’autres dictatures bien connues: Arabie saoudite, Qatar, Oman, Koweit, Chine (pour ne citer que quelques-une d’entre elles), à qui nos Affaires étrangères et missions économiques font les yeux doux. Ajoutons-y d’ailleurs la Turquie si Erdogan gagne son pari…

Elio chez le président-dictateur à vie Moubarak. Un petit contrat de matériel militaire?

En matière de vente d’armes notamment, la Région wallonne, actionnaire unique de la Fabrique nationale de Herstal a le triste privilège de détenir le record européen de ventes d’armes au royaume médiéval des Saoud. Et tant pis pour les Droits de l’Homme en Arabie saoudite, qui ne font pas le poids face aux profits des entreprises belges et au maintien de l’emploi.

Flahaut (PS), président de la Chambre en visite amicale chez le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale chinoise. Permanent est le mot…

Le mini-album de « famille » que le Peuple publie dans cet article illustre bien l’hypocrisie en ce domaine, hypocrisie qui n’est pas l’apanage d’un seul parti. Tous sont mouillés …

Pas de soucis pour la mosquée du Cinquantenaire et son enseignement salutiste wahhabite de la pire espèce, financé par l’Arabie saoudite. Le gouvernement Michel ne la fermera pas et Reynders arrangera tout ça…

La Mosquée du Cinquantenaire, ciblée pour son antisémitisme et son négationnisme de la Shoah, pour son manque de coopération flagrante avec la Commission parlementaire « Terrorisme » et pour son discours politico-religieux radical, source d’inspiration des terroristes islamistes, n’a pas de soucis à se faire pour son avenir en Belgique. On n’y touchera pas et on continuera d’y « former » des jeunes à l’islam « rigoureux ». C’est tout aussi vrai pour Erdogan, qui a le contact direct avec la communauté turque de Belgique et organise impunément les meetings politiques de l’AKP, son parti islamiste.  

Et bravo à Didier Reynders. C’est lui qui passe le mieux sur les photos. On se croirait dans une histoire d’Hergé: Didier chez Mohammed Ben Kalish Ezab..

P.H. et L.R.

Sources:
http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/ei-la-belgique-ne-surveille-pas-ses-societes-actives-en-syrie-et-irak-57808d133570ec4c4383502d

http://www.lalibre.be/actu/belgique/reynders-rencontre-un-prince-saoudien-condamne-en-france-51b8f632e4b0de6db9c8fed7

http://www.lecho.be/economie-politique/international-moyen-orient/Un-camion-piege-a-l-origine-des-victimes-du-17-mars-a-Mossoul-dit-le-Pentagone/9881039

Commentaires