Print Friendly, PDF & Email

Un grand champion. Un vrai. Le tennisman originaire de Serbie est vraiment une exception dans le monde du sport.

Champion exceptionnel, il est aussi un exceptionnel homme de coeur. Il ouvre un restaurant gratuit pour les sans-abris. Il l’avait annoncé en février 2018, il le réalise en juillet (source : CADOITSESAVOIR.fr).

C’est que la Serbie ne manque pas de sans-abris, depuis la guerre injuste, déclenchée par les Américains de Bill Clinton et cautionnée par les apparatchiks de l’IUnbion Européenne (6mars 1998-10 juin 1999). Ce que l’on a appelé « la guerre du Kosovo » était une opération ouvertement anti-serbe, puisqu’à la disparition de la Yougoslavie, la Serbie a réclamé le contrôle du Kosovo, qu’elle considère comme « le berceau de la Serbie ». Elle fut, en effet, présente dans cette région, enviée par les Albanais musulmans, entre les 11ème et 15ème siècles.

A coups de ce que l’on n’appelait pas encore les « fake news », les bien-pensants autour de la famille Clinton ont diabolisé les Serbes, trouvant prétexte à bombarder la Serbie : 58.574 missions aériennes ont été menées en 78 jours, à partir du 24 mars 1999 !

Les fausses nouvelles ont été diffusées, notamment par Human Rights Watch, prétendant que les Serbes avaient expulsé 862.979 Albanais du Kosovo vers l’actuelle République de Macédoine du Nord et l’Albanie – ces chiffres n’ont jamais été prouvés.

En revanche, ce qui est prouvé, c’est que les « malheureux » Kosovars, une fois « libérés » par les « justiciers » de Clinton, se sont empressés de détruire des dizaines d’églises, à l’appel de l’Armée de Libération du Kosovo (UCK) et sous l’oeil placide des forces patronnées par les Nations Unies (KFOR).

Le geste humanitaire et admirable de Novak Djokovic vient donc bien à point pour une Serbie, victime des bien-pensants et de la bureaucratie de l’Union Européenne.

Cette courageuse république (son drapeau, ci-contre)adresse un pied-de-nez permanent à la bande à Jean-Claude Juncker : elle se redresse, sans l’aide de personne. Le 22 décembre 2009, la Serbie a demandé son adhésion à l’Union Européenne, qui tergiverse, tire en longueur l’examen du dossier, afin de s’assurer que le pays est bien démocratique. Un souci qui n’effleure pas les Juncker Boys pour ce qui concerne le Kosovo, où se poursuivent les massacres des derniers Serbes et la destruction systématique de tous les témoins du passé chrétien (orthodoxe) de cette région.

Ce n’est pas la première fois que Novak Djokovic assure son pays de sa générosité. Dès novembre 2007, il a fondé le Novak Fund devenu, en février 2012, la Novak Djokovic Foundation. Cette dernière vient en aide aux Serbes en difficulté… comme l’a été la famille Djokovic pendant les 80 jours de bombardement de Belgrade, capitale de la Serbie, par l’OTAN, en 1999. En mai 2014, il a fait don de tous les gains remportés lors de sa victoire aux Masters de Rome à tous les sinistrés de son pays, victimes de graves inondations.

Un vrai champion, donc, auquel nous souhaitons plein succès à Wimbledon, qu’il dispute en ce moment..; éclipsé par la Coupe du Monde de football.

Un vrai champion au coeur d’or. Un vrai champion, fier de son pays, amoureux de sa nation. Un vrai champion pour un vrai pays courageux, au passé foisonnant et glorieux. Un vrai patriote comme les détestent les bien-pensants et les mondialistes ligués contre les peuples. 

dobro pečen (bravo), Novak !

A.D.

Commentaires