Print Friendly, PDF & Email

Un bracelet EN PLASTIQUE ? Dans un sachet en PLASTIQUE ? Vous avez bien vu et lu : c’est la formule canon d’Ecolo pour faire parler de l’écologie. Chez Ecolo, on ne craint pas les contradictions !

Chez les Nollet, Calvo et compagnie, le discours recouvre toujours une réalité pas belle à voir.

Tandis que les partis Ecolo et Groen passent leur temps à nous culpabiliser parce que nous commettons le crime impardonnable de boire l’eau contenue dans une bouteille en plastique, leurs services marketing distribuent des bracelets en pur plastique authentique, emballés dans des sachets issus des transformations du pétrole.

Les tout se retrouvera dans les poubelles ou jeté dans une rivière, par exemple.

C’est la manière d’Ecolo de préserver l’intégrité de notre planète : se retrouver dans les 8,5 millions de tonnes de déchets jetés dans les océans.

Notre solution

En 2015, deux surfeurs visitant l’île de Bali découvrirent le désastre des océans mourant sous l’invasion du plastique. Alex Schulze et AndrewCooper parvinrent à mettre sur pied une société dédiée au ramassage des déchets dans l’océan. En 2017, leur société 4 Ocean lançait ses premières grandes activités.

Aujourd’hui, cette collecte de déchets a remplacé la pêche intensive dans certaines régions du monde : les pêcheurs locaux sont mieux payés par leurs activités pour 4 Ocean que pour la vente de poissons à des multinationales.

Le financement de 4 Ocean ? La vente d’un bracelet composé de déchets plastiques recyclés. Il suffisait d’y penser !

C’est bien par les initiatives de particuliers, et non par la démagogie des partis politiques, que l’on sauvera notre planète. Pas un sou d’argent public dans 4 Ocean. Rien que la foi et l’humanisme de deux jeunes gens ont fait des miracles. 

D.K.

 

Commentaires