Print Friendly, PDF & Email

L’électricité la plus chère d’Europe, les impôts les plus élevés d’Europe : la Belgique fait très fort. Qui en est responsable ?

On sait maintenant où sont passées les dérisoires diminutions d’impôts, dont se vante le gouvernement Michel. Dans la facture d’électricité : certains se retrouvent avec une augmentation de 100 euros. Dans les accises toujours augmentées sur le diesel et l’essence. Dans l’augmentation des frais médicaux. Et dans d’autres entourloupes qui, sournoisement, augmentent le coût de la vie.

Qu’est-ce qui fait que l’électricité coûte pratiquement le double, quand on traverse la frontière du Grand-Duché de Luxembourg vers la Belgique ?

Les taxes, bien sûr. Chez nous, la TVA sur l’électricité s’élève à 21 %.

Les dogmes imposés par Ecolo rendent l’électricité plus chère

Mais les principaux responsables se trouvent être les dogmes imposés par Ecolo : fin du nucléaire, sans vraie politique de remplacement. L’éolien s’avère très insuffisant, le photovoltaïque est entaché par les certificats verts – une folie de Jean-Marc Nollet (Ecolo) qui a coûté près d’un milliard au contribuable wallon (voir ici l’analyse de L’Echo) – et il est prêt à recommencer !

Le résultat est que nous sommes contraints d’acheter notre électricité en Allemagne, aux Pays-Bas, en France, qui nous obligent à payer le prix fort. Car les gouvernements belges successifs ont agi dans l’urgence, la panique, et ont mal négocié.

Tout cela, au profit d’Engie, le fournisseur d’électricité, dont les centres de décision se situent à Paris.

Un aveu qui vient un peu tard

Le titre de L’Avenir, ce mercredi 14 novembre, laisse rêveur :

Marghem: «vendre les centrales nucléaires n’était sans doute pas un choix judicieux»

Quel aveu (voir ici les déclarations complètes de la ministre MR)! Et combien il arrive tard. Et combien il reprend ce que répète Mischaël Modrikamen depuis 10 ans, sans qu’il soit entendu. Au contraire, la bonne presse et l’establishment se sont entendus pour le couvrir de sarcasmes, voire d’injures.

La belle entente entre Charles Michel et Gérard Mestrallet, patron d’Engie débouche sur des prix de l’électricité prohibitifs pour la population et… une exonération d’impôts pour Engie ! 

L’absence de projet à long terme pour la société belge affiche un prix. Nous le payons aujourd’hui, et la facture risque d’encore augmenter.  Contre tous les avis à la mode, l’énergie nucléaire reste la moins polluante. Les centrales de nouvelle génération pourraient assurer notre indépendance énergétique et garantir une électricité bon marché. Seuls les dogmes d’Ecolo – relayés par les partis traditionnels – nous privent, nous et nos enfants, de la solution du bon sens. 

A.D.

Commentaires