Print Friendly, PDF & Email

L’installateur allemand de champs d’éoliennes Prokon vient de déposer son bilan devant le tribunal d’Itzehoe (dans le Schleswig-Holstein, nord de l’Allemagne), Il entraîne, dans sa déconfiture, 75.000 petits investisseurs allemands.

Comme toutes les sociétés qui financent les éoliennes, et en ont fait leur « core business », elles ont menti à ces dizaines de milliers d’épargnants. Eux se croyaient à l’abri, ils ont été abusés par les belles paroles des écologistes et les rapaces financiers qui lorgnaient sur des butins qu’ils ont cru plantureux.

Les écologistes en Allemagne sont extrêmement actifs et d’un intégrisme paranoïaque. Ils ont mis une énorme pression – chantage, sur le gouvernement allemand, dès l’accident de Fukushima en 2011, en attisant d’une manière scandaleuse la peur du nucléaire. Etonnamment, le gouvernement allemand avait adopté, en urgence, la priorité d’une production d’électricité par d’autres énergies. Depuis, l’Allemagne avait mis les bouchées doubles pour développer les énergies renouvelables, notamment à grands coups de subventions. La panique estompée, le château de cartes s’effondre.

Désormais, les Allemands qui se basent sur des bilans indépendants ont constaté que leur décision a gonflé artificiellement le nombre d’installations d’éoliennes et autres panneaux solaires et surtout a fait exploser les factures d’électricité. La rentabilité est même catastrophique.

Créé au milieu des années 1990, Prokon a la particularité d’avoir été financé par des milliers de petits investisseurs privés, environ 75.000. L’entreprise les alléchant avec un investissement présenté comme éthique, durable et « bon pour le pays et la planète ». Les intérêts que faisait miroiter Prokon étaient très élevés, de 6% à 8%.

On pourrait hélas écrire Prokon autrement : « Pro cons ». L’éolien est une « bulle », comme celle des « sub-primes » et ce bubon va éclater car financièrement toxique.

Chroniques annoncées d’une longue série de faillites et de catastrophes financières. Prokon qui compte 1.300 employés est donc dans de sales draps. Le gouvernement allemand a demandé aux autorités des marchés financiers un contrôle plus strict de ce type de produits financiers à haut risque, voire carrément une interdiction.

Pourtant l’aventure Prokon, semblait prometteuse : En Allemagne, il avait déployé 308 éoliennes sur 45 sites ; en Pologne 52 « moulins à vent » sur 18 parcs. Elle avait commencé à sévir en Finlande, faisant construire 3 éoliennes.

Nous avions dit dans des articles précédents que l’éolien était une vaste fumisterie, qui profitait financièrement à certains « Petits Malins » qui détournaient à leur profit les subventions par des mécanismes plus que douteux.

Sachez qu’en Europe, l’éolien et les autres énergies dites renouvelables (sauf le solaire pour des usages limités chez des particuliers) disparaîtront, car les gouvernements ne vont pas continuer les perfusions de subsides qui sont les seuls soutiens à ces types d’énergie. C’est de l’acharnement thérapeutique.

Ces systèmes sont coûteux à installer, très chers à maintenir, sans compter, et plus spécifiquement pour l’éolien, qu’ils ne sont pas écologiques (CO2 à cause de l’intermittence) et sont nuisibles pour la santé et l’environnement.

A part pour de très rares pays, l’éolien est condamné à moyen terme. Partout dans le monde et plus spécialement aux USA, les sociétés arrêtent leur business éolien ou se débarrassent de la branche qui s’en occupe et reportent leur politique d’expansion dans d’autres domaines.

Les détenteurs belges de produits financiers issus de l’éolien devraient réfléchir, pour s’en débarrasser, pendant qu’il est encore temps. La ferveur pour les éoliennes n’a plus que quelques années devant elle, avant un effondrement massif.

JACQUES D’EVILLE

Commentaires